Accueil A la une Les centrales nucléaires bientôt livrées par camion ?

Les centrales nucléaires bientôt livrées par camion ?

par Etienne Henri

L’énergie nucléaire est souvent vue comme celle de tous les superlatifs.

Qu’il s’agisse de faire exploser des bombes ou d’alimenter des centrales électriques, l’atome est perçu comme une source de puissance démesurée.

Cette association d’idées était tout à fait justifiée, par le passé.

Lors de la Guerre froide, Russie et Occident ont fait la course vers des armes atomiques toujours plus massives et destructrices. La société civile, de son côté, s’est appuyée avec bonheur sur des centrales nucléaires aux capacités croissantes pour accompagner l’augmentation du niveau de vie des citoyens et la consommation d’électricité qui l’accompagne.

Alors que la course vers le gigantisme touche à sa fin, une nouvelle vague de recherche a été lancée par les Etats-Unis dans le domaine de la production d’électricité nucléaire.

Il ne s’agit plus, aujourd’hui, de concevoir des centrales toujours plus grosses mais, au contraire, de les miniaturiser au maximum.

Pour les américains, small is beautiful

En soi, le concept de mini-réacteurs nucléaires n’est pas nouveau. Il est même aussi vieux que la domestication de cette énergie.

Certains existent déjà, comme ceux d’une puissance entre 10 et 150 MWe qui équipent brise-glaces et autres sous-marins. Ils permettent aux navires d’avoir en permanence à leur disposition une quantité suffisante d’énergie, et ce, sans nécessiter de fréquents ravitaillements.

D’autres résistent encore aux efforts des industriels : les microréacteurs de moins de 10 MWe. Aux Etats-Unis, des entreprises comme Westinghouse Electric Company, NuScale et UltraSafe tentent de développer – sans succès pour l’instant –  ces centrales à basse puissance.

Pour accélérer la R&D, l’armée américaine s’est emparée du sujet. Le Pentagone a officialisé le mois dernier le Projet Pele dont l’objectif est de développer un réacteur d’une puissance comprise entre 2 et 10 MWe. Les moyens mis en œuvre sont à la hauteur de l’ambition puisque ce ne sont pas moins de 39,7 M$ (35,9 M€) qui ont été mis sur la table dans l’espoir d’obtenir rapidement un prototype.

 Oncle Sam entre dans la danse

Les microréacteurs pourraient s’avérer cruciaux pour assurer la continuité des opérations militaires à l’étranger.

90 % des bases de l’armée américaine ont des besoins en électricité qui peuvent être couverts par une production électrique de moins de 40 MWe.

Pour y subvenir, elles sont habituellement reliées au réseau électrique des pays qui les hébergent, ce qui rend leur fourniture d’électricité sujette aux interruptions techniques, actes de sabotage et autres cyber-attaques.

Les militaires rêvent de ces microréacteurs pour écarter le risque d’un black-out complet. Pas question évidemment de les utiliser pour couvrir l’ensemble des besoins en électricité de la base : l’objectif est simplement d’assurer un minimum d’énergie disponible en cas de déconnexion du réseau électrique.

Du fait de leur petite taille, ces réacteurs pourront être facilement déployés sur le terrain. Selon un concept imaginé par le Los Alamos Lab, un simple camion-remorque pourrait suffire à les transporter.

 Pour le Los Alamos Lab, il devrait être bientôt possible de faire entrer un microréacteur nucléaire dans un camion. Crédit : LANL.

Si le projet Pele porte ses fruits, un premier prototype devrait voir le jour dès 2023. Les premiers modèles de série pourraient ensuite être déployés dès 2027 – autant dire demain à l’échelle des cycles habituels de R&D du secteur de l’énergie.

Sachant que les Etats-Unis possèdent plus de 800 bases militaires réparties dans 70 pays différents, le potentiel de ces microréacteurs est immense.

Les civils profiteront-ils de la technologie ?

Le projet Pele se situe très en amont d’un éventuel usage civil. Il faudra dans un premier temps valider la faisabilité technique. Dans un second temps, les questions de sécurité du dispositif devront être résolues. Subtiliser un semi-remorque contenant un réacteur ne pesant que quelques tonnes est, en effet, infiniment plus simple que de dérober du combustible au sein d’une centrale nucléaire.

Lorsque l’on sait que quelques kilogrammes de matériau fissile permettent de réaliser une bombe « sale » à même de contaminer des kilomètres-carrés, il est compréhensible que le gouvernement américain, toujours vigilant face à la menace terroriste, souhaite le maximum de garanties avant d’envisager des installations dans des zones sensibles.

Ces problèmes réglés, il faudra encore éclaircir la question de l’approvisionnement en matières premières. Les microréacteurs nécessitent des combustibles bien particuliers pour fonctionner et aucune filière industrielle n’est à ce jour capable de les produire en quantité suffisante.

Le déploiement voulu avant la fin de la décennie par le Pentagone est par conséquent très hypothétique malgré les moyens mis en œuvre. La diffusion de cette technologie au secteur privé, qui doit en plus prendre en compte les contraintes économiques, l’est encore plus.

N’espérez pas voir fleurir les projets de villages électriquement autonomes au cœur de l’Afrique ou du Larzac à court terme. Cette technologie, encore embryonnaire, ne fera pas naître de produits commerciaux avant au moins dix ans.

Malgré ces incertitudes, les investisseurs peuvent s’intéresser au sujet sans attendre. Ce sont des entreprises privées qui ont bénéficié directement de l’effort d’investissement d’oncle Sam et de la générosité des budgets militaires. Pour BWX Technologies (NYSE : BWXT), Westinghouse Electric Company (propriété de Brookfield Business Partners, (NYSE : BBU)) et X-energy, le lancement du projet est déjà un succès.

Quelle que soit l’issue du cycle de recherche qui s’enclenche, les 39 M$ qu’elles se partagent sont déjà acquis !

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire

FERMER
×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aidez ?