Accueil Energies et transports Les transports décarbonés low cost arrivent

Les transports décarbonés low cost arrivent

par Etienne Henri
transport zéro carbone

La question affole les dirigeants comme les consommateurs. Face à la double urgence climatique et énergétique, les pouvoirs publics ont pris des mesures drastiques pour décarboner les transports. De gré ou de force, les conducteurs ne pourront plus acheter de véhicules thermiques – émetteurs de CO2 – dès 2035. Mais, sachant que tout le monde ne peut pas se payer une Tesla à 50 000 €, quelles alternatives seront accessibles au plus grand nombre ? Petit tour d’horizon.

Se déplacer restera-t-il un droit et une réalité quotidienne, ou cette activité deviendra-t-elle un luxe réservé à quelques privilégiés ? Face à la double urgence climatique et énergétique, la question se pose. Et, si elle concerne d’abord les véhicules particuliers, elle s’applique également à tous les autres modes de transport. Maritime, aérien, ferroviaire, aucun n’échappe aux obligations de décarbonation voulues par les instances européennes.

Les transports verts ne se démocratiseront que s’ils sont économiquement acceptables

Or, le triste exemple des années 2000 nous prouve que la Loi ne peut pas tout. En effet, lorsque les constructeurs automobiles ont été sommés de réduire les émissions de leurs moteurs thermiques plus rapidement que ce que les évolutions technologies ne le permettaient, ils ont tout simplement… triché. Et les consommateurs, de leur côté, ont continué à plébisciter 4×4 et autres SUV malgré les injonctions à privilégier les modèles plus légers et moins polluants.

Le fait est que les acteurs économiques sont parfois têtus, et que les trajectoires imposées par les hommes politiques ne se matérialisent pas toujours. Le risque que la décarbonation du transport se heurte au budget des clients est donc bien réel, car il est certain que tous les foyers ne peuvent pas se payer de Tesla à 50 000 €, et que toutes les entreprises qui utilisent aujourd’hui le fret aérien ne pourront financer l’achat de biocarburant – qui devrait tripler le prix des produits importés par avion –, ni se priver du transport par hélicoptère, ultra-polluant au kilogramme embarqué.

L’argent sera, comme toujours, le nerf de la guerre.

Les transports verts ne se démocratiseront que s’ils sont économiquement acceptables. Et leur coût ne doit pas être, comme aujourd’hui, artificiellement réduit par des subventions publiques sous peine de voir nos impôts s’envoler dans les prochaines années. Pour que les déplacements de personnes et de marchandises deviennent majoritairement propres, il faudra qu’il existe des solutions dont la compétitivité est inhérente et non artificielle.

La bonne nouvelle est que le point de bascule de rentabilité pourrait intervenir plus tôt que prévu, grâce à l’arrivée de nouvelles solutions de mobilité low cost sans compromis sur les performances.

Une voiture électrique à 26 000 €, c’est possible 

Vous savez sans doute que Tesla est à son tour rattrapée par l’inflation. Montant ses prix, elle courtise une clientèle toujours plus riche. Après les hausses de prix de cet été, la Model 3, référence la plus abordable de la gamme, voit son nouveau tarif de base dépasser les 53 400 € alors qu’elle ne coûtait encore que 43 800 € en janvier dernier. Sur le haut de gamme, la facture s’envole encore plus avec un prix de base à 115 800 € pour la Model X.

Une voiture électrique à moins de 30 000 € même en période d’inflation ? C’est désormais possible

A ces tarifs, le constructeur assure sa marge malgré la baisse des volumes… Mais le nombre de foyers capables de s’offrir une berline électrique se réduit comme peau de chagrin.

Faudra-t-il, dans les prochaines années, faire une croix sur les voitures neuves à moins de 40 000 € ? Pas nécessairement, car la concurrence s’organise.

Le Chinois Evergrande New Energy Vehicle Group, filiale du promoteur immobilier en difficulté, compte se différencier de l’offre existante avec son premier SUV électrique compact. Si ce modèle offre des prestations similaires à celles des véhicules électriques haut de gamme, son positionnement tarifaire sera en revanche peu commun.

La Hengchi 5, dont la production de masse devrait débuter en octobre, sera en effet proposée à 26 700 $. Elle coûtera la moitié du prix de la plus petite des Tesla.

Hengchi Evergrande

Une voiture électrique à moins de 30 000 € même en période d’inflation ? C’est désormais possible (photo : Evergrande Group)

Les principaux constructeurs chinois de véhicules électriques, BYD et Geely, verront désormais un plafond de verre appliqué à leurs prix et ne pourront pas suivre le chemin de Tesla dans sa course inflationniste.

Pour les consommateurs, cette annonce est la preuve qu’il est possible de concevoir des véhicules électriques à des prix bien plus abordables qu’actuellement. La marge insolente de Tesla, qui affole les investisseurs ne durera qu’un temps. (Elle s’est récemment envolée à 18 % tandis que celle de GM oscille entre 2 % et 8 %…) Dans les secteurs innovants, il suffit qu’un industriel accepte de baisser ses marges pour que l’ensemble des concurrents doivent s’aligner ou disparaître. Nous l’avons vu avec la microélectronique, l’informatique personnelle, et l’accès à Internet – la voiture électrique ne fera pas exception.

La brèche avait été ouverte avec XPeng et son SUV G3, vendu à 25 000 $. Mais celui-ci était une pâle copie des Tesla et l’intérêt pour les acheteurs n’était pas évident. Le positionnement choisi par Evergrande, s’il se concrétise par des volumes de production suffisants, signera l’arrivée d’une nouvelle génération de voitures propres et abordables.

Le transport aérien propre enfin sur les rails 

Il n’est pas dit que la baisse des coûts de transport ne sera due qu’à la mondialisation et aux produits chinois.

La startup française Flying Whales travaille sur un dirigeable écologique capable de transporter jusqu’à 60 tonnes de fret, soit l’équivalent de la capacité d’emport d’un Airbus A330. Le projet, qui pouvait sembler un peu fou lors de son lancement, vient d’entrer dans une nouvelle phase.

Avec une troisième levée de fonds de 122 M€ bouclée début juillet, la jeune entreprise annonce avoir achevé le financement de son programme de R&D. Avec l’appui du groupe ADP, d’Air Liquide, de Thales, Safran, Bpifrance et de la Société nationale de Financement de Monaco, Flying Whales a désormais toutes les cartes en main pour construire son premier dirigeable.

Conçu initialement pour répondre aux besoins de débardage de bois en zone difficile d’accès, le LCA60T va être commercialisé pour ses capacités à charger et décharger des emports lourds en vol stationnaire dans les zones difficiles d’accès. Il pourra ainsi concurrencer le transport par hélicoptère, l’un des plus énergivores et polluants qui soient, avec en prime une capacité de fret incomparable.

LCA60T Flying Whales

Le LCA60T : un hélicoptère décarboné capable d’emporter autant de fret qu’un A330
(photo : Flying Whales)

Flying Whales a désormais toutes les cartes en main pour construire son premier dirigeable

Suivant un calendrier serré, Flying Whales prévoit d’avoir terminé la conception du dirigeable dès l’année prochaine. L’usine de production géante, située en Nouvelle-Aquitaine, devrait être achevée en 2024. Un autre site devrait voir le jour au Québec l’année suivante. Il se murmure même qu’un troisième site serait à l’étude en Asie…

En complément de ces sites de production, Flying Whales espère équiper rapidement 150 zones pour permettre à ses dirigeables de décoller et atterrir sur toute la planète. La startup jouera ainsi le double rôle de constructeur d’aéronefs et de compagnie aérienne. De quoi rassurer les acteurs économiques quant à leur capacité à s’appuyer sur le transport aérien dans un monde où hélicoptères et avions au kérosène auront été cloués au sol par les législateurs.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

3 commentaires

jacques VAVON 23 août 2022 - 17 h 55 min

Je veux bien recevoir, « Gratuitement », et pour infos votre magasine par « mêle » . Merci. (en langue FRANCAISE°.

Reply
averous 23 août 2022 - 23 h 24 min

bonjour,vos commantaires sont tres bien . Ce je je comprend moins conserne la demande de paiement de Mr BLANCO , alors que je suis abonne ! Cordiales salutations

Reply
DELAHAYE 30 août 2022 - 0 h 53 min

tres bon article;l avenir est aux energies propres; l hy drogene produit a une epoque dangereux est dompte; airbus est dessus;air liquide poursuis les recherches;iveco est je pense dans le circuit;et tout ce que je ne connais pas…….l europe est sur l ouverture de nombreuses nlles technologies et j en suis fier……… mais attention au monde jaune.

Reply

Laissez un commentaire

×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aidez ?