Accueil Santé et BiotechADN & génétique Lutte contre le cancer – un test pour les dépister tous en 10 minutes chrono

Lutte contre le cancer – un test pour les dépister tous en 10 minutes chrono

par Vanessa Popineau
test cancer

Imaginez un test capable de détecter n’importe quel cancer en moins de 10 minutes chrono… Vous pensiez cela impossible ? Eh bien, cette toute récente découverte, publiée le 4 décembre dernier dans la revue Nature, tend à nous démontrer le contraire. Et c’est tant mieux.

Ce test universel a été mis au point par une équipe de chercheurs australiens de l’université du Queensland. Avec un taux de réussite de 90%, les résultats de l’expérience (200 tests effectués) sont très prometteurs.

Une simple prise de sang

Le dépistage du cancer est-il en passe d’être révolutionné ? La méthode développée est ultra-simple. Tout comme pour la biopsie liquide, elle propose une alternative non invasive. Un test sanguin suffit. Une goutte même… à laquelle on mêle de l’eau et un peu d’or – des nanoparticules d’or plus exactement. A ce stade c’est presque de l’alchimie divinatoire.

En effet, une fois le mélange effectué, il suffit de secouer la fiole qui, 10 minutes plus tard, rend son verdict. Si le liquide a viré au bleu, pas de problème, l’échantillon analysé est sain. En revanche, s’il est resté rose, c’est qu’il contient des cellules cancéreuses.

La nanostructure de l’ADN est la clé

Pour le professeur Matt Trau, à la tête de l’équipe de recherche, tout repose sur les groupes méthyle (marqueurs de l’ADN) des cellules cancéreuses dont la structure est différente de celle des cellules saines. “Découvrir que l’ADN des molécules cancéreuses forme une nanostructure 3D complètement différente de l’ADN qui circule normalement, a été une percée qui a permis une nouvelle approche dans la détection non-invasive du cancer dans n’importe quel type de tissu, y compris le sang.”

Et c’est donc cette différence d’architecture qui fait parler le test puisque, en présence de cellules cancéreuses, les groupes méthyle de ces dernières vont s’agglomérer sur les nanoparticules d’or. Reste ensuite à déterminer de quel type de cancer il est question et à quel stade il en est.

Cette future méthode de dépistage, si elle se concrétise, est loin d’être négligeable. Elle facilitera d’abord considérablement la démarche diagnostique. Le test pourrait par exemple être prescrit par votre généraliste et vous n’auriez alors plus qu’à vous rendre dans votre laboratoire d’analyses habituel pour le réaliser. Pas de chirurgie ou de contraignants déplacements à l’hôpital pour être fixé. Et la rapidité du verdict libérera le patient et sa famille de l’insoutenable attente que les biopsies classiques imposent.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire