Accueil Internet & Communications Luxshare : le Petit Poucet qui veut détrôner Foxconn

Luxshare : le Petit Poucet qui veut détrôner Foxconn

par Etienne Henri
foxconn luxshare apple iphone

[Foxconn, fabricant taïwanais de produits électroniques, est dans le viseur d’un concurrent chinois (Luxshare) qui tente de le détrôner de son marché principal pour lui souffler la production du produit le plus rentable de l’Histoire : l’iPhone d’Apple…] 

Parfois, des géants réputés indétrônables se retrouvent étonnement vulnérables.

Cela se produit à grand fracas lorsqu’il s’agit de leaders technologiques qui, à l’instar de Nokia, Kodak ou encore Hewlett-Packard, s’endorment sur leurs lauriers et ne voient pas que les clients se détournent progressivement de l’innovation qui avait fait leur succès…

Foxconn doit beaucoup à Apple

Parfois, le renversement de situation est plus discret. Lorsqu’il s’agit de sous-traitants inconnus du grand public, les chutes du piédestal n’ont quasiment aucune couverture médiatique. Pourtant, les enjeux économiques sont souvent d’une ampleur comparable.

Cet automne, c’est l’entreprise Foxconn (TPE : 2354) qui voit sa suprématie remise en question. Le fabricant de produits électroniques est en effet dans le viseur d’un concurrent chinois qui tente de le priver de son marché principal : l’assemblage de produits Apple.

Le Taïwanais qui doit tout à Cupertino

Si Foxconn est devenu le géant industriel qu’il est aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à Apple (NASDAQ : APPL), et plus particulièrement grâce à son produit phare, l’iPhone.

évolution CA Foxconn

Evolution du chiffre d’affaires annuel de Foxconn (Mds$). Infographie : Statista

Depuis la sortie du premier iPhone, l’activité de Foxconn a été multipliée par 4,6. Avec Wistron (TPE : 3231) et Pegatron (TPE : 4938), il s’agit d’un des principaux sous-traitants de la firme de Tim Cook.

Pour autant, cette collaboration historique, qui ressemble à une symbiose tant les évolutions des deux entreprises sont intimement liées, pourrait toucher à sa fin. En effet, un autre sous-traitant d’Apple, Luxshare, serait sur le point de détrôner Foxconn et de rafler la production du produit le plus rentable de l’Histoire : l’iPhone.

Luxshare : la petite boîte qui monte, qui monte 

Luxshare est un assembleur chinois qui a su renforcer au fil du temps sa collaboration avec Apple. Les premiers contrats portaient sur des produits secondaires : les câbles et connecteurs. Dans un second temps, elle a remporté le contrat d’assemblage des AirPods, les écouteurs haut de gamme sans fil dont la complexité technique est reconnue par toute l’industrie.

Le succès de cette collaboration renforcée a conduit Apple à confier à Luxshare l’assemblage d’un produit encore plus important aux yeux du grand public : l’Apple Watch.

Luxshare, serait sur le point de détrôner Foxconn

Désormais, l’iPhone est dans la ligne de mire de Luxshare. Les deux entreprises seraient, selon Reuters, à un stade avancé des discussions pour que la production du plus célèbre des smartphones passe sous la houlette du sous-traitant chinois.

Un tel revirement représenterait un choc d’ampleur historique pour Foxconn. Loin de s’être constitué un bas de laine durant les années de collaboration, le Taïwanais a au contraire toujours proposé à Apple des prix plancher pour ses services – quitte à sacrifier sa rentabilité.

Quand les quasi-monopoles sont des cadeaux empoisonnés

Cette situation s’illustre parfaitement dans les comptes de l’entreprise, et plus particulièrement dans ses résultats du deuxième trimestre 2020. Ils furent, pour l’entreprise, placés sous le signe du rebond après un premier trimestre catastrophique lié à l’arrêt des usines chinoises pour cause de COVID-19. Entre avril et juin, le chiffre d’affaires a fortement rebondi à 38,3 Mds$, tandis que le résultat net retrouvait des couleurs à 778 M$. Pourtant, bien qu’important dans l’absolu, ce montant ne représente que 2 % du chiffre d’affaires du Taïwanais…

Pour mettre les chiffres de Foxconn en perspectives avec les entreprises que nous côtoyons au quotidien, il faut savoir qu’elle réalise, à elle seule, 11 % du volume d’affaires de toutes les entreprises du CAC 40 cumulées. En revanche, la firme n’a pu sécuriser l’année dernière que 3,72 Mds€ de profits contre près de 80 Mds€ pour le CAC 40.

Cela signifie que, si Foxconn est un monstre industriel, il possède un sérieux déficit de rentabilité – et ce, même par rapport à nos entreprises tricolores pourtant réputées fort chères et peu rentables. Par comparaison avec nos fleurons français dont le résultat net représente en moyenne près de 6 % du chiffre d’affaires, Foxconn est quasiment trois fois moins rentable !

Avec un résultat net ne représentant qu’une petite fraction de son chiffre d’affaires, Foxconn est un géant aux pieds d’argile dont les comptes pourraient facilement basculer dans le rouge à l’occasion de la perte d’un client d’ampleur.

Gagnants et perdants des guerres commerciales 

A court terme, la perte du dossier Apple serait rude pour Foxconn et ses actionnaires. L’assembleur devra rapidement fermer ses chaînes de production pour éviter que ses coûts fixes n’engloutissent sa trésorerie.

Pour autant, à moyen terme, un inévitable repositionnement pourrait être bénéfique à l’entreprise. Avec le recul, avoir les faveurs d’Apple aura été un cadeau empoisonné.

Foxconn graphe bourse

Foxconn a connu des jours boursiers bien meilleurs qu’aujourd’hui 

Occuper ses chaînes de production est une chose, dégager des bénéfices en est une autre. L’optimisme est toutefois de mise : anticipant des turbulences à venir, la direction a annoncé au mois de juin revoir sa stratégie et travailler à la conception de ses propres produits en vue d’une commercialisation sous sa marque. La bascule pourrait signer un retour à la rentabilité en captant une plus forte part de la valeur ajoutée.

Les investisseurs qui souhaiteraient parier sur le potentiel changement de fournisseur d’Apple se souviendront donc de l’expérience mi-figue mi-raisin de Foxconn. Si Apple change son fusil d’épaule et bascule sa production chez Luxshare, rien ne dit que la tâche – pourtant titanesque ! – se transformera en corne d’abondance pour l’entreprise…

L’optimisme est toutefois de mise

Le titre, coté en Bourse à Shenzhen, ne sera donc peut-être pas le grand gagnant de ce changement. Luxshare devra certainement proposer des tarifs encore plus compétitifs pour inciter la firme de Cupertino à risquer un changement de sous-traitant.

Si toutefois ce scénario venait à se réaliser, c’est Apple qui bénéficierait d’une nouvelle dose de valeur ajoutée, tout simplement parce que l’entreprise aura fait baisser, à la faveur de cette concurrence entre la Chine et Taïwan, encore un peu plus ses coûts de production…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire