Accueil A la une Maglev : un nouveau prototype chinois révélé

Maglev : un nouveau prototype chinois révélé

par Edern Rio

Jeudi dernier, la compagnie de trains chinoise CRRC a dévoilé son nouveau prototype de train grande vitesse. Basé sur le principe de la lévitation magnétique, il serait capable d’atteindre les 600 km/h, autrement dit de relier Brest à Nice en 2 heures.

Le principe de la lévitation magnétique

La lévitation magnétique repose sur le principe de la répulsion entre deux pôles opposés d’un aimant. En faisant varier le champ, il est possible de conserver l’objet en lévitation. En outre, on réduit les frottements au maximum et on peut donc, théoriquement, faire avancer un objet très vite en réduisant la dépense d’énergie.

La technologie derrière ces trains est connue depuis longtemps. La SNCF avait un temps envisagé une ligne sur un monorail reliant Paris à Orléans. C’est le fameux aérotrain de Jean Bertin abandonné au profit du TGV.

Vous pouvez en avoir un aperçu en laboratoire et en modèle réduit dans la vidéo ci-dessous.

Un train hyper rapide

Alors que la France et les Etats-Unis travaillent à des prototypes d’hyperloop, la Chine, elle, se concentre donc sur les trains à lévitation magnétique (qu’on abrège volontiers par “maglev”). Elle est d’ailleurs l’un des seuls pays à disposer d’une ligne commerciale en exploitation : le Transrapid qui relie l’aéroport de Pudong à Shanghai. Il parcourt les 30,5 km qui séparent les deux sites en 7 minutes 20 secondes, soit une vitesse moyenne de 245,5 km/h.

Avec ce nouveau prototype, qui doit effectuer ses premiers tests avant la fin de l’année, la Chine prouve une nouvelle fois qu’elle est devenue le leader dans ce type de trains. Son Transrapid avait été développé par Siemens, mais fidèle à ses habitudes, la Chine s’est approprié la technologie.

Evidemment, si les coûts d’exploitation du train sont “réduits”, les coûts pour installer les lignes à lévitation magnétique sont très élevés. Le Japon, qui prévoit de déployer une ligne commerciale du JR-Maglev entre Nagoya et Tokyo en 2027, aurait englouti 68 Mds€ dans le projet.

Le projet chinois montre en tout cas que la technologie se développe et qu’elle pourrait avoir du sens dans des pays aux infrastructures ferroviaires limitées ou vieillissantes.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

2 commentaires

Fuster 4 juin 2019 - 11 h 08 min

C’ Merveilleux d’être au courant des meilleurs inventions mondiales merci

Reply
Jean Pierre Mageren 20 juillet 2019 - 12 h 21 min

Une invention reconnu comme tel

Reply

Laissez un commentaire