Accueil A la une Microsoft: Open source washing ou vrai changement de philosophie ?

Microsoft: Open source washing ou vrai changement de philosophie ?

par Edern Rio
Graphe comparé GAFAM Bourse Nasdaq

C’est un véritable changement de monde chez Microsoft. Après avoir acheté GitHub, la principale plateforme de partage de code et de travail collaboratif sur Internet, pour quelque 7,5 Mds$, le grand ancien des technos vient de verser 60 000 brevets en open source dans la base de données de Linux !

Open source washing ou vrai changement de philosophie ?

Nous avons reconnu que l’open source est quelque chose dont tous les développeurs peuvent bénéficier. Ce n’est pas bien, c’est essentiel. Ce n’est pas juste du code, c’est la communauté.

 

Open source washing ou vrai changement de mentalité ? Difficile de le savoir aujourd’hui. Fut une époque où Steve Ballmer parlait de Linux comme d’un cancer…

Cependant, ce nouveau geste en direction de la communauté open source me fait penser qu’il s’agit d’un authentique changement de philosophie à la direction du groupe. Interviewé par ZDNet, Scott Guthrie, vice-président exécutif de Microsoft Azure, indiquait :

“Cela a commencé il y a plus de 10 ans quand nous avons ouvert ASP.NET [NDLR : le langage de développement maison de Microsoft] en open source. Nous avons reconnu que l’open source est quelque chose dont tous les développeurs peuvent bénéficier. Ce n’est pas bien, c’est essentiel. Ce n’est pas juste du code, c’est la communauté. […] Nous disposons désormais de plus de 200 projets open source. Nous sommes à présent le plus grand promoteur de projets open source au monde.

Il faut savoir qu’une entreprise comme Google a basé son développement sur l’open source. L’entreprise de Mountain View est connue pour en être l’un des premiers contributeurs et la plupart de ses produits sont développés sur un noyau open source qu’elle améliore et intègre à ses produits.

C’est ce positionnement notamment qui lui a permis d’atteindre ces sommets.

Un grand ancien avec le vent en poupe

Aujourd’hui, Microsoft semble avoir le vent en poupe et ce dans chacun des trois grands secteurs qui le portent.

Côté système d’exploitation, Windows est installé sur 88% du parc des ordinateurs fixes et portables et Office 365 domine également le marché des suites bureautiques.

Le cloud, l’autre grand secteur de Microsoft, doit connaître une hausse soutenue dans les deux années à venir passant de 285 Mds$ en 2017 à 411 Mds$ en 2020. Microsoft y connaît la plus belle croissance avec 3% de part de marché en plus, ce qui l’emmène à 14% du marché global.

Enfin, après des années de difficultés, malgré l’excellence des produits, la gamme Surface n’avait jamais réussi à percer. Ce n’est plus le cas : Microsoft a rejoint le top 5 des fabricants aux USA au troisième trimestre 2018. Il se place désormais cinquième avec 4,1% du marché derrière HP (30,7%), Dell (25,9%), Lenovo (15,4%) et Apple (13,7%).

Je vous l’accorde tout cela demeure modeste, mais on observe une réelle dynamique. Début octobre, ZDNet titrait : “Les nouvelles Surface de Microsoft ? Les Macs qui manquent à Apple”… C’est vous dire…

Le GAFAM le moins surcoté

Dans un secteur ou la moyenne du PER s’établit plutôt à 35, le PER de MSFT tourne aujourd’hui plutôt à 27. Ce peut être une bonne occasion de se placer sur le retour de ce grand ancien de la micro-informatique que plus personne ne voyait comme un grand innovateur.

Ah ! et petite cerise sur le gâteau, Microsoft paye des dividendes… Son rendement actuel est de 1,7%.

Bref, acheter Microsoft sur des replis ne semble pas une mauvaise idée.

Les analystes tablent sur un titre qui vaudra 123,55 $ dans les douze mois, soit une hausse d’environ 13% par rapport à son cours actuel d’un peu moins de 110 $.

Graphe comparé GAFAM Bourse Nasdaq

Evolution comparée du cours des GAFAM sur les six derniers mois. Microsoft est en rouge et s’en tire mieux que Google ou Facebook.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire