Accueil Zones géographiquesChine & Asie Nouveau coup de tonnerre dans le ciel du capitalisme chinois

Nouveau coup de tonnerre dans le ciel du capitalisme chinois

par Edern Rio
pékin suspension appli didi

[Mercredi 30 juin, Didi Chuxing, s’offrait une IPO à Wall Street pour lever des capitaux et poursuivre sa croissance. Dimanche 4 juillet, le gouvernement chinois, arguant de graves manquements aux règles de collecte des données personnelles, a interdit l’application Didi sur son territoire. Attention, carnage boursier en vu…]

Les faits

Mercredi dernier, Didi Chuxing, s’offrait une IPO à Wall Street pour lever des capitaux et poursuivre sa croissance. Désormais valorisé 60 Mds$, le leader incontesté des applications de VTC en Chine pouvait se targuer d’une réussite… il devenait Didi Global Inc.

Mais c’était sans compter sur son meilleur ennemi…

Dimanche, le 4th of July, le gouvernement chinois, arguant de graves manquements aux règles de collecte des données personnelles, a interdit l’application Didi sur son territoire et l’a faite retirer de tous les magasins d’application. Jusqu’à ce qu’elle se mette en conformité.

Un tacle potentiellement mortel – aujourd’hui DIDI perdait 25 % de sa valeur à l’ouverture – pour l’entreprise qui contrôle 90 % du marché chinois. La société répondait dans un communiqué laconique qu’elle “coopérerait pleinement avec l’autorité gouvernementale de la République Populaire Chinoise” et “mènerait un examen complet des risques de cybersécurité.

Le contexte

Ce dernier coup de sifflet du Parti Communiste Chinois (PCC) s’ajoute à de nombreux autres, notamment adressés à Tencent et Alibaba, qui chutent dans le sillage de Didi, tout comme le géant japonais SoftBank qui détient de nombreuses participations en Chine.

En avril, le parti avait déjà empêché l’IPO d’Ant Financial, la branche financière d’Alibaba. Et, plus tôt encore, il avait infligé une amende record à Tencent.

Le message est clair pour les géants du numérique chinois : ne croyez pas que vous pourriez décoller sans nous et voler de vos propres ailes. Leur appétit à aller chercher des capitaux étrangers pour permettre leur développement international n’est pas du goût du PCC.

Ils doivent demeurer un outil de puissance au service du parti et de ses projets pour la Chine. La guerre froide technologique et commerciale en cours, bien plus qu’une pandémie mondiale, pourrait enrayer la mondialisation et nous orienter vers un scénario à la 1984 avec un monde divisé en blocs hermétiques.

Investir?

Arthur Toce avait bien senti le vent du boulet en livrant un article d’analyse prémonitoire où il indiquait clairement que le risque que faisait peser le régulateur chinois sur Didi était vraiment disproportionné par rapport aux bénéfices potentiels d’un investissement dans DIDI…

Pour autant, il demeure confiant dans son “géant caché de l’Internet”, fortement lié à la Chine, qui offre des niveaux d’achat particulièrement bas. Avec une croissance du chiffre d’affaires de 34 % en 2020 et des billes dans de nombreuses industries numériques d’avenir, il devrait offrir des plus-values phénoménales.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire