Accueil Nouvelles technologies On l'avait presque oublié… Le plomb fait à nouveau rêver les investisseurs !

On l'avait presque oublié… Le plomb fait à nouveau rêver les investisseurs !

par Isabelle Mouilleseaux

Vous êtes assis sur une plus-value latente de 80%
En mai dernier, lorsque je rédigeais mon Edito Matières Premières sur le plomb, ce dernier venait tout juste de franchir la barre des 2 000 $ la tonne. Et je concluais mon article en vous recommandant de conserver vos positions sur le plomb, de maintenir le cap et qu’un objectif de 3 000 $ la tonne était envisageable.

Un mois et demi plus tard, nous y sommes. Le plomb cote 3 500 $ la tonne. Soit un gain de +70% en quelques semaines.

Ceux qui se sont positionnés fin avril début mai sur le plomb grâce aux recommandations de Simone Wapler sont actuellement assis sur une plus-value latente de près de 80%. Bravo ! [NDLR : D’autres recommandations tout aussi profitables sont à découvrir sans plus attendre dans le rapport spécial de Simone Wapler : "Métaux : les 5 incontournables de 2007". Ne manquez pas ces opportunités brûlantes ! Pour en profiter, il suffit de suivre le guide…]

Et pourtant…
Plus personne ne veut entendre parler du plomb. Saturnisme, pollution des nappes phréatiques, intoxications en tous genres… Il est accusé à juste titre de tous les maux. Et le coup de massue arriva avec le film de Steven Soderbergh, Erin Brokovitch (incarnée par la belle Julia Roberts). Jackpot au box-office ! Le plomb était définitivement coulé…

La conséquence de tout cela ? Un sous-investissement massif dans le secteur du plomb pendant des années ! Ne reste plus que des vieilles mines désuètes, abandonnées… souvenir d’une grandeur passée.

L’offre s’est réduite comme une peau de chagrin
Conséquence logique : l’offre a faibli.

Et aujourd’hui, ce sont les Chinois qui assurent un tiers de la production. Rien n’effraie ces communistes devenus capitalistes. Ni la maladie, ni la pollution, ni Erin Brokovitch ! Ils ont des besoins. Ils y font face, quel qu’en soit le coût. Economiquement, ils ont raison.

Curieusement, l’Australie continue de produire du plomb et assure 22% de la production mondiale. Il faut dire que le continent est tellement grand… Les mines sont probablement suffisamment éloignées des zones habitées pour ne pas déclencher de scandales ! Mais là aussi, les choses changent…

Face à cette demande affaiblie, la demande augmente à un rythme soutenu.

La demande de plomb grimpe toujours plus haut
Le plomb a beau être maudit, on ne peut pas s’en passer. C’est un fait ! Découvert 5 000 ans av. J.-C, les Romains l’utilisaient déjà dans la fabrication des canalisations qui transportaient de l’eau.

Aujourd’hui, 75% du plomb est absorbé par l’industrie automobile, pour la fabrication des batteries. Et devinez qui tire le marché ? La Chine et l’Inde ! La demande de plomb dans les 2 prochaines années devrait croître de 4% par an grâce à ces deux pays.

Quelques chiffres : entre 1996 et 2006, la demande de plomb chinoise est passée de 100 000 tonnes à 600 000 tonnes : x6 !

Avec un PIB qui croît de 10% par an, le marché de l’automobile en Chine se développe à toute vitesse. 8 000 autos neuves par jour en Chine… Les ventes ont été multipliées par 3 en 5 ans. C’est quelque chose !

Et le potentiel est plus impressionnant encore : il y a 700 automobiles pour 1 000 habitants aux Etats-Unis, et à peine 24 pour 1 000 en Chine. Or ce taux devrait atteindre 40 dès 2010. Soit presque un doublement du parc auto en 2 ans ! Même chose pour l’Inde. On n’a pas fini de consommer du plomb !

Le plomb est aussi utilisé pour gainer les câbles souterrains et sous-marins, y compris les fameux câbles en fibres optiques transocéaniques. Encore un secteur en fort développement avec une demande en hausse. Et il faut bien faire démarrer les avions et divers engins autres que les voitures. Là aussi, la demande est en hausse. On le retrouve aussi dans les munitions…

Je résume la situation : Une offre faiblarde face à une demande soutenue. Conséquence :

Le marché est déficitaire depuis des années
Cela fait déjà 4 ans que l’offre ne suffit pas à satisfaire la demande — et 2007 ne devrait pas déroger à cette tendance.

En 2002, les stocks se situaient à presque 500 000 tonnes. On devrait actuellement se situer non loin des 200 000 tonnes.

Par conséquent, la situation se tend. Et c’est précisément le moment choisi par la Chine et l’Australie pour faire déborder la coupe ! Je m’explique…

Deux gouttes d’eau ont fait déborder la coupe trop pleine 
La première est australienne : vous êtes au courant du scandale de la pollution au plomb de l’eau du port de l’Espérance en Australie. Les autorités locales ont fait fermer la mine de Magellan en mars dernier pour mener des investigations. Mine qui représente 3% de la production mondiale de plomb ! Ce n’est pas rien…

Et l’Australie aurait trouvé récemment des traces de contamination au plomb dans sept nouveaux ports, qui, à l’image de celui de l’Espérance, pourraient être fermés au trafic des bateaux — réduisant davantage encore les livraisons de plomb, et du même coup, l’offre sur le marché mondial.

La deuxième goutte d’eau est chinoise : je vous le disais, la Chine est le premier producteur de plomb. Il est donc logique qu’elle soit aussi l’un des plus gros exportateurs mondiaux de plomb. Or elle vient d’augmenter ses taxes à l’exportation à 10% le 1er juin dernier, ce qui devrait réduire davantage encore l’offre de plomb disponible sur le LME.

Pire: les usines de traitement du plomb en Chine commencent à stopper leur production. Leurs marges fondent comme neige au soleil, prises entre la hausse des prix de la matière d’une part, et les taxes en hausse à l’exportation d’autre part. Conséquence : les prix du plomb sur le LME s’envolent devant les risques de baisse d’approvisionnement. Logique !

Les Américains s’en mêlent…
Et comme si cela ne suffisait pas, les Américains viennent de rajouter leur pierre à l’édifice : un haut fourneau du Missouri a dû réduire sa production de 50% cette semaine pour cause d’explosion en interne. Cette infrastructure représente 2% de la production mondiale de plomb. Et la situation ne devrait se rétablir que d’ici quelques jours…

Pour résumer : l’offre est limitée, la demande forte, le stock étroit. Ajoutez quelques éléments exceptionnels et pschitt ! Les prix explosent.

Tous les investisseurs se ruent sur le plomb depuis le début de l’année. Nous assistons à une envolée du plomb digne de celle du nickel.
La course du plomb se terminera-t-elle comme celle du nickel, en chute libre ? Je vous dirai jeudi le fond de ma pensée…

 

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires