Accueil A la une OneWeb, la constellation qui va connecter le monde entier à Internet

OneWeb, la constellation qui va connecter le monde entier à Internet

par Ray Blanco
OneWeb

D’ici quelques mois, une fusée Soyouz transportant un nouveau type de chargement décollera de sa plateforme de lancement en Guyane. Le Centre spatial de Guyane est, de par sa situation géographique, un lieu idéal pour le lancement de satellites.
Il est difficile de s’éloigner correctement de la gravité de notre planète. Si elle était ne serait-ce qu’un petit peu plus forte, nous ne pourrions pas voyager dans l’espace, même avec les technologies les plus performantes disponibles aujourd’hui. Les réactions chimiques ne peuvent produire qu’une quantité limitée d’énergie, après tout.
Même ainsi, les ingénieurs ont besoin de toute l’énergie disponible pour faire décoller les fusées. Elles sont souvent lancées vers l’est pour récupérer un peu d’énergie supplémentaire grâce à la rotation terrestre.
Les satellites géostationnaires, qui font correspondre leur vitesse en orbite avec la rotation terrestre, ont même besoin d’une trajectoire de lancement vers l’est pour réussir à se “suspendre” en donnant l’impression qu’ils ne bougent pas au-dessus de nous dans l’espace.
La Terre tourne à 1700 km/h au niveau de l’équateur, et le centre spatial, situé à proximité de la ville de Kourou, est suffisamment près pour récupérer une bonne partie de cette vitesse de rotation.
Sa situation est aussi idéale d’un autre point de vue : il est à proximité d’une partie de la côte sud-américaine allant du nord-est au sud-ouest, ce qui signifie que les fusées allant vers l’est peuvent larguer leurs propulseurs sans danger au-dessus de l’Atlantique.
Sa situation joue aussi en faveur de lancements vers le nord, dans les cas où la charge doit être mise en orbite au-dessus du pôle, ce qui est justement la trajectoire recherchée pour une nouvelle génération de satellites préparée par OneWeb.

L’alliance Arianespace-OneWeb s’envoie en l’air

La première date de lancement n’a pas encore été déterminée, mais OneWeb a signé l’un des plus gros contrats de l’histoire il y a quelques années avec l’entreprise française Arianespace. Cette dernière ne lance pas seulement des fusées conçues en Europe occidentale (avec un lancement d’Ariane 6, par exemple), mais aussi des fusées russes.

Chaque satellite de OneWeb pèsera moins de 200 kg.

Le premier chargement OneWeb sera propulsé par une Soyouz-2. Contrairement aux gros satellites de communication géostationnaires, chaque satellite de OneWeb pèsera moins de 200 kg. Les premiers satellites sont construits par Airbus, à Toulouse, mais OneWeb a bien avancé dans la construction d’une nouvelle unité de fabrication de satellite non loin de SpaceX en Floride.
La section comprenant le chargement, lors du premier lancement, contiendra les satellites OneWeb 1 à 10. Une fois en orbite polaire, l’entreprise commencera ses tests.
Si tout va bien, d’autres lancements suivront : ils contiendront tous jusqu’à 36 de ces petits oiseaux. D’ici 2019, l’entreprise commencera à offrir un service commercial, à commencer par l’Alaska.

Une orbite basse pour un Internet mondial

Le réseau satellitaire à grande vitesse et à faible latence de OneWeb sera en rotation en orbite terrestre basse à quelques centaines de kilomètres seulement de la surface terrestre, contrairement aux satellites géostationnaires qui sont “suspendus” à plus de 35 000 km de hauteur.

L’entreprise souhaite une couverture mondiale : elle a donc l’intention de lancer jusqu’à 700 satellites.

L’entreprise souhaite une couverture mondiale : elle a donc l’intention de lancer jusqu’à 700 satellites. Un contrat a été signé avec Arianespace dans ce but, mais aussi avec SpaceX, l’entreprise d’Elon Musk, et la startup Blue Origin de Jeff Bezos. Virgin Galactic, de Richard Branson, a également un contrat pour 39 charges utilisant sa plateforme de lancement aérienne.
D’ici 2025, OneWeb espère avoir installé jusqu’à 900 satellites de deuxième génération en orbite moyenne haute, et pourra ainsi communiquer jusqu’à 2,5 Go par seconde. Au total, la constellation finira par comprendre près de 2 000 satellites.
Selon son fondateur et président, Greg Wyler, OneWeb aura besoin d’un pétaoctet de capacité totale d’ici 2025 pour réaliser sa vision : combler le fossé numérique et permettre un accès à Internet abordable à tous les habitants de la planète.

OneWeb, la Ford-T de l’Internet par satellite

Les satellites OneWeb contiennent beaucoup de nouvelles technologies, à commencer par leur fabrication. Beaucoup de satellites partagent une plateforme commune conçue par des entreprises comme Boeing ou Airbus. Au-delà de ça, ils sont principalement composés d’équipement de première qualité, à faible production.
Les satellites OneWeb seront différents. L’entreprise produira en masse des satellites (jusqu’à 15 par semaine une fois la production pleinement lancée) ce qui permettra de faire diminuer les coûts.
La miniaturisation des circuits permet de construire des satellites de communication puissants, plus petits que jamais, qui contiendront moins de pièces.
Au sol, les terminaux de l’entreprise seront peu chers, petits, assez simple pour qu’un client puisse les installer lui-même et suffisamment efficaces pour fonctionner grâce à des panneaux solaires ou sur batterie.
L’accès à Internet satellitaire de OneWeb sera un peu le Modèle T de son domaine – peu cher à produire, peu cher à lancer, peu cher à exploiter et à utiliser. Henry Ford a révolutionné le transport motorisé en construisant une voiture que tous les américains pouvaient s’offrir.
Greg Wyler a l’intention d’accomplir le même exploit pour permettre à tous les habitants de la planète d’accéder à Internet au cours de notre siècle.

OneWeb utilisera la propulsion électrique, un développement récent en matière de conception satellitaire.

OneWeb utilisera la propulsion électrique, un développement récent en matière de conception satellitaire. Les fusées électriques ne dépendent pas de réactions chimiques pour générer de la poussée. Elles utilisent de l’électricité pour charger un champ qui permet de faire accélérer des molécules chargées électriquement et d’atteindre une vitesse élevée.
Les propulseurs électriques peuvent générer davantage de changement de vélocité par masse de propergol que les fusées chimiques, ce qui les rend nettement plus efficaces. Cette technologie vraiment révolutionnaire aide à conserver des satellites nouvelle génération plus longtemps en orbite que par le passé, ce qui étant leur durée de vie en service et permet d’augmenter radicalement le retour sur investissement.
Les satellites de OneWeb, une fois en orbite, pourront s’orienter graduellement pour éviter toute interférence avec d’autres signaux radio.

Un Internet par satellite, mais pourquoi ?

Ils aideront à maintenir la connectivité en cas de catastrophes ou de crises qui empêchent les services au sol de fonctionner. Les services d’urgence pourront déployer des terminaux mobiles sur leurs véhicules, ce qui permettra d’obtenir une connexion de bonne qualité même quand les tours cellulaires ne fonctionnent plus.
Les satellites de OneWeb vont également étendre et accélérer l’accès à Internet lorsque nous prenons l’avion, notamment pour les avions privés de plus petite taille qui ne transportent pas les antennes de grande taille nécessaires pour la génération actuelle de satellites.
Les habitations rurales, les écoles, les hôpitaux, et d’autres bâtiments encore pourront utiliser des solutions de connectivité dotés d’une bonne tolérance aux pannes et peu coûteuses partout dans le monde.
L’accès fourni par OneWeb ne se contentera pas de connecter les régions du monde qui n’ont pas encore accès à Internet, mais aidera aussi à renforcer l’infrastructure internet américaine.
Dans sa politique de sécurité nationale, publiée récemment, le Président Trump demande à renforcer notre infrastructure de communication sans fil, avec notamment le déploiement de réseaux de cinquième génération, la 5G. Les opérateurs de télécommunications investiront lourdement pour y parvenir en cette nouvelle année.
Le réseau OneWeb sera compatible avec ces réseaux au sol et pourra étendre leur portée, ce qui les rendra plus solides, fiables et sûrs. Les terminaux des utilisateurs pourront émettre un signal cellulaire auquel vous pourrez vous connecter à l’aide d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable.

Le réseau OneWeb sera compatible avec ces réseaux au sol et pourra étendre leur portée, ce qui les rendra plus solides.

OneWeb est une entreprise privée, les investisseurs ne peuvent donc pas se positionner. Mais j’ai identifié deux manières d’utiliser la tendance de l’Internet par satellite.
[NDLR : Deux moyens que Ray vous présente dans NewTech Insider, en plus de ces recommandations pour profiter de la nouvelle révolution technologique : la collision blockchain. A retrouver ici…]

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire