Accueil Innovation et vie quotidienne Opendoor : un futur Amazon de l’immobilier ?

Opendoor : un futur Amazon de l’immobilier ?

par Ray Blanco
opendoor ecommerce immobilier

[Quelle que soit la santé du marché immobilier, vendre une maison a toujours été un véritable calvaire. Peut-on libérer l’acte de vente de toutes les contraintes qui l’alourdissent ? C’est le pari que fait Opendoor. Dématérialisation des échanges, visites sans contact et prix fixés par algorithme… la startup, qui entend bien disrupter le marché immobilier, a clairement l’étoffe d’un Amazon immo.]

L’Amérique semble bien différente cet automne.

Allez dans les banlieues résidentielles, et vous constaterez bien vite qu’il manque un petit quelque chose dans le paysage…

Non, je ne parle pas de la distanciation sociale qui tue l’ambiance des fêtes de voisinage, ni des panneaux électoraux qui ornent encore certaines pelouses… mais plutôt de l’absence d’un type de panneau très particulier dans ces jardins en 2020…

Il n’y a plus aucun panneau “A vendre” !

Les panneaux d’agents immobiliers se font étonnamment rares dans tout le pays – et même quand on en trouve un, il ne reste généralement pas bien longtemps en place…

En moyenne, une maison reste deux semaines de moins sur le marché en 2020 qu’en 2019

Malgré l’incertitude économique qui se maintient alors que l’année touche à sa fin, le marché immobilier est en ébullition cette année, aux Etats-Unis. Les maisons à vendre ne sont pas légion, et les rares offres disponibles sont très rapidement saisies. En moyenne, une maison reste deux semaines de moins sur le marché en 2020 qu’en 2019.

Pourtant, de prime abord, le contexte semble peu favorable aux transactions immobilières. Les gens sont en effet très peu enclins à l’idée de voir des inconnus déambuler chez eux en ce moment, et inversement… même masqués !

De fait, l’idée de vendre (ou acheter) sa maison en ligne tout en se débarrassant de la corvée des visites à domicile fait son chemin. L’option devient intéressante. C’est ce que propose la société Opendoor. Et, en prime, l’entreprise entend nous soulager d’un grand nombre de démarches – et de stress !

Clairement, nous sommes ici en présence de quelque chose de nouveau… Cette entreprise innovante s’apprête ni plus ni moins à révolutionner la manière dont on vend (ou achète) un bien immobilier de nos jours. 

Simplifier l’acte de vente

Sa promesse ? Rendre la vente d’un bien simple comme bonjour. Une bonne nouvelle pour qui sait que vendre une maison a toujours été un véritable calvaire. Et ce, quelle que soit la santé du marché immobilier – avec ou sans supplément pandémie d’ailleurs. Si vous avez déjà vendu un bien, vous savez sans doute de quoi je parle…

Créée en 2014 par des entrepreneurs technologiques et immobiliers aguerris Opendoor n’est pas une entreprise immobilière traditionnelle. Elle ne joue pas les entremetteuses, chargées de mettre en relation un acheteur et un vendeur. C’est un intermédiaire : elle achète des biens, fait les réparations nécessaires et les revend.

Vous voulez mettre votre maison en vente ? Rien de plus simple. Il vous suffit de vous rendre sur la plateforme d’Opendoor, d’y entrer votre adresse et une offre de prix vous sera proposée. Si vous décidez de l’accepter, vous pouvez même choisir la date de clôture qui vous convient – qu’elle soit dans trois jours ou bien dans trois mois.

Simple comme bonjour, non ?

Etablir un prix juste grâce au machine learning

Opendoor a fait des maisons mono-familiales et des maisons en rangées construites après 1960, dont le prix est situé entre 100 000 $ et 500 000 $, sa “spécialité”. C’est le profil “typique” des maisons que son outil de machine learning est le mieux à même d’évaluer.

Ce positionnement est d’autant plus intéressant qu’il offre au modèle d’offre instantanée de l’entreprise une faible marge d’erreurs (pas de grands châteaux surévalués, par exemple). Il est en effet plus facile d’établir des prix justes quand on connaît son marché sur le bout des doigts.

Pour fixer son prix, la startup californienne s’appuie sur un algorithme qui analyse en continu un immense flux de données sur les tendances immobilières américaines. L’an dernier, le prix de vente moyen par maison était de 260 000 $.

Sans rentrer dans les détails, Opendoor se rémunère en prélevant une commission sur le prix de vente. Elle n’a donc aucun intérêt à faire des offres au rabais.

Un modèle “spécial COVID”

La pandémie actuelle valide plus encore le modèle d’Opendoor. En effet, acheter, vendre et “visiter” des maisons en ligne est une alternative sérieuse à l’ère du COVID-19. Mieux encore, des visites sans contact sont également possibles grâce à un dispositif permettant de déverrouiller les maisons et de les visiter sans interactions avec un agent. Et ce, 24 heures sur 24.

Mais ce n’est pas tout…

La pandémie actuelle valide plus encore le modèle d’Opendoor

Au printemps dernier, au moment du premier grand confinement, et pressentant une certaine instabilité du marché immobilier, Opendoor a pu mettre rapidement ses offres en pause tout en maintenant ses marges bénéficiaires. Cette capacité à lire le marché est cruciale pour une activité aussi consommatrice en capital que l’achat d’immobilier.

Une autre tendance liée au COVID-19, et elle devrait se maintenir, est la montée en puissance du télétravail. Portés par ce mouvement, de plus en plus de jeunes professionnels décident de quitter les grandes villes pour leur préférer des zones plus éloignées – où leur budget immobilier peut leur permettre d’obtenir beaucoup plus qu’en ville… Ce phénomène pourrait être un nouveau moteur de croissance pour Opendoor.

Une rupture technologique sur un marché à 1 600 Mds$

Clairement, en tant qu’investisseur technologique, je trouve qu’Opendoor détient la recette parfaite pour se faire une bonne place dans le marché immobilier américain.

L’idée est totalement disruptive. Ne l’oubliez pas, les plus grosses fortunes technologiques ont toutes une chose en commun : elles se sont construites sur des petits challengers prêts à dépoussiérer leur secteur d’activité à coups de technologie.

A la fin des années 1990, par exemple, la vente en ligne était un gadget – et l’expérience n’était pas très plaisante… jusqu’à ce qu’Amazon simplifie l’expérience… et bâtisse un empire.

L’opportunité est immense

De même, prendre un taxi pouvait s’avérer compliqué… jusqu’à ce que des entreprises comme Uber ou Lyft permettent de trouver une voiture en deux clics, mettant du même coup les taxis traditionnels sur la liste des espèces en voie de disparition.

Vous voyez l’idée ?

L’opportunité est immense. Rien qu’aux Etats-Unis, plus de 5 millions de biens sont vendus tous les ans, pour un total de transactions de 1 600 Mds$. Si Opendoor réussit son pari en captant une partie même infime de ce marché, les profits pourraient être spectaculaires.

Les perspectives sont attrayantes mais, bien sûr, il y a un “mais”… Opendoor n’est pas encore cotée en Bourse… Pour le moment !

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire