Accueil Investir L’oscilloscope : 20 avril au 24 avril

L’oscilloscope : 20 avril au 24 avril

par redaction

Semi-conducteurs – 20 avril

mouvements valeurs semi-conducteurs bourse

Nouvelle semaine de hausse pour les semi-conducteurs, emmenés par Advanced Micro Devices (AMD), Taiwan Semiconductor (TSM) et Nvidia (NVDA).

Le premier a annoncé qu’il passerait à une gravure à 5 nanomètres dès l’an prochain. Or, la finesse de gravure est l’un des facteurs de performance les plus importants dans le secteur. AMD continue sa remontée sur le marché des processeurs et des cartes graphiques et son cours s’envole de 11 %.

Le deuxième, TSM, a présenté des résultats excellents pour son 1er trimestre, ainsi que des prévisions de chiffre d’affaires pour l’année tout aussi encourageants. Le plus important fondeur du monde ne connaît pas la crise, malgré la pandémie de coronavirus. Comme Ray Blanco l’analysait, c’est notamment la 5G qui propulse le fondeur vers des sommets.

Enfin, Nvidia (NVDA) bondit de 8 %, suite à l’accord définitif des autorités chinoises pour son rachat de Mellanox (MLNX). Avec cette fusion, Nvidia renforce sa position dans la course à l’IA, aux data centers et aux supercalculateurs. E.R.

Internet et numérique – 21 avril

mouvements valeurs internet bourse

Le Nasdaq 100 continue son petit bout de chemin vers les sommets. Nous sommes aujourd’hui remontés au niveau de décembre 2019. A croire que tout va bien et que rien ne peut éroder la santé financière des stars technologiques de la cote américaine.

Cette semaine, Shopify (SHOP) bondit de 26,98 % sur la semaine. Le simplificateur de e-commerce pour les petites entreprises est à des niveaux jamais vus qui reflètent l’essor du e-commerce en temps de confinement. La plateforme tourne à un rythme effréné. Son P-DG, Jean-Michel Lemieux, a tweeté la semaine dernière que le niveau d’activité était comparable à un Black Friday chaque jour. E.R.

Shopify graphe bourse

Biotechnologies – 22 avril

mouvements valeurs biotechs bourse

La pandémie de Covid-19 continue d’orienter les cours des biotechnologies, et notamment celles qui cherchent à mettre rapidement au point un vaccin. Attention toutefois, celui-ci ne sera probablement pas disponible avant au mieux début 2021, même si certaines entreprises les promettent pour l’automne. Ce serait déjà un temps de développement extrêmement court.

Parmi celles qui ont le plus de chances de réussir, on trouve les laboratoires qui travaillent sur les vaccins ADN. Ainsi cette semaine, Inovio Pharmaceuticals (INO : +38,66 %) et Moderna Therapeutics (MRNA : + 32,24 %) sont parmi les grands gagnantes alors que les capitaux affluent pour irriguer leurs recherches.

En janvier, lorsque la Chine a publié le génome du virus, Inovio a conçu un vaccin… en trois heures à peine ! Mais il faut désormais le tester et cela demande des moyens importants.

Pour ces deux entreprises, tout a commencé début février lorsque la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations : Coalition pour l’innovation en matière de préparation aux épidémies) leur a accordé une enveloppe pour développer un vaccin contre le Covid-19. Depuis de nombreuses autres structures leur ont accordé des lignes de financement et, cette semaine, le CEPI a encore ajouté de l’argent.

Si les deux plateformes sont différentes, elles reposent sur le même principe. Prenons l’exemple d’Inovio et de sa vaccination par ADN. C’est une méthode vraiment révolutionnaire de créer des vaccins. Elle est née dans les années 1990. Elle permet d’analyser rapidement le génome d’un virus et de créer très rapidement un vaccin contre ce génome spécifique.

Cela n’a rien à voir avec les autres vaccins dont vous avez pu entendre parler. Ce ne sont pas quelques gouttes de virus qu’on vous injecte pour “entraîner” votre système immunitaire. C’est un petit bout d’ADN qu’on fait grandir en culture et qu’on vous injecte. Il faut une aiguille spéciale pour vous l’injecter. Elle délivre un très léger courant électrique qui ouvre les pores de vos cellules. On parle alors d’électroporation.

Une fois que vos cellules ont intégré ces petits brins de code ADN, elles vont exécuter les instructions qu’ils contiennent et cela peut vous permettre de fabriquer des anticorps contre telle ou telle maladie, voire de lutter contre le cancer. E.R.

Cannabis légal – 23 avril

La semaine dernière, une grande entreprise canadienne du secteur du cannabis a été forcée d’annuler ses prévisions de chiffre d’affaires et de bénéfices pour le reste de l’année…

C’est très important – et rarement une bonne chose –, surtout dans le contexte actuel. Pourtant, les actions de cette entreprise ont grimpé d’environ 4 % à cette nouvelle, sur une journée de baisse du marché.

Alors comment cela se fait-il ?

Contrairement à la plupart des entreprises en 2020, cette société a dû revoir ses prévisions car ses ventes de cannabis sont montées en flèche, ces deux derniers mois.

Et ce n’est pas la seule.

Un peu partout en Amérique du Nord, les ventes de cannabis se sont envolées dans la mesure où les gens ont stocké des médicaments à base de cannabidoïdes, expérimenté les médicaments à base de cannabis pour tenter d’atténuer leur stress, et recherché le cannabis récréatif pour passer le temps pendant leur confinement.

De plus en plus d’Etats annoncent les pics de vente de cannabis dont nous avions parlé au début de la pandémie

Dans l’Illinois, les ventes de cannabis récréatif ont continué de flamber en mars. Dans un cas, une file de 100 voitures s’est constituée devant le guichet du “drive-in” du Rise Dispensary, un point de vente situé à Mundelein, une petite ville de 31 000 habitants, en périphérie de Chicago.

“D’abord, je suis à la maison et, donc, j’ai un peu plus de temps et, disons, il y a le stress du quotidien et je me demande quand tout cela va se terminer”, a déclaré l’une des clientes de ce point de vente dans le journal local. “C’est juste une façon de m’aider à oublier les problèmes et les choses que je ne peux pas contrôler. Cela m’aide à dormir, la nuit. Sinon, je resterais éveillée en me demandant ‘Et si mes enfants l’attrapent ?’ ou ‘Et si mon mari le ramène de son travail ?'”

Et ailleurs, “le coronavirus légitime le secteur du cannabis de Pennsylvanie”, selon le magazine Philadelphia.

Vous pouvez ajouter la Pennsylvanie à la liste des Etats où les points de vente constatent une augmentation des ventes de cannabis.

Parallèlement, certaines sociétés du secteur font une chose encore plus choquante, à l’heure actuelle, aux yeux des entreprises évoluant dans d’autres secteurs : elles publient des bénéfices.

C’est un résultat stupéfiant, dans l’un des contextes les plus difficiles de notre Histoire. R. B.

Cryptomonnaies – 24 avril

Enfin ! Il semblerait qu’il y ait un peu d’action sur le marché des cryptomonnaies, après plusieurs semaines d’hésitations. Le bitcoin (BTC) – puisque c’est généralement sur lui que les yeux sont rivés, pour essayer d’anticiper les prochains mouvements du marché –, grimpait jeudi dans l’après-midi au-delà des 7 500 $.

Ce breakout ravive un peu l’optimisme des bulls, quoique les volumes restent faibles. Dans l’élan, plusieurs altcoins enregistrent de belles poussées hebdomadaires à deux chiffres : comme HEX (HEX), DigiByte (DGB) ou encore dans une moindre mesure, Stellar (XLM). Notons enfin que c’est le dernier vendredi du mois, période synonyme d’arbitrage sur les contrats à terme. F. D.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire