Accueil Investir L’oscilloscope : 9 mars au 13 mars

L’oscilloscope : 9 mars au 13 mars

par redaction

Semi-conducteurs – 9 mars

mouvements valeurs semi-conducteurs bourse

La semaine du SOX, comme celle des autres indices américains, a été marquée par un range des plus toniques avec des oscillations souvent supérieures à 3 %. Après un lundi orienté à la hausse (+3,51 %), le mardi a été marqué par un nouvelle chute (-3,41 %) malgré la baisse des taux de la Fed, puis le mercredi a connu un beau 4,94 % pour les perdre jeudi (-3,10 %) et vendredi (-1,97 %).

Nous sommes au croisement des chemins, personne n’a intérêt à ce que le marché s’écroule, mais la peur d’une grande épidémie qui gripperait l’économie mondialisée pousse les acteurs vers la sortie.

Mais, il n’y a pas que le coronavirus dans l’actu… Tenez, cette semaine, le secteur du hardware a beaucoup fait parlé de lui en raison du rachat de Cypress Semiconductor (CY) par l’Allemand Infineon Technologies AG (IFX). Les Etats-Unis bloque le processus. Pourquoi ? C’est par ici…

Internet et numérique – 10 mars

mouvements valeurs internet bourseLundi noir sur les marchés américains. Le Nasdaq 100 a perdu hier 6,83 % et le Nasdaq 7,29 % : le château de cartes s’effondre dans la panique alors que le pétrole a plongé au plus bas sous les 30 $ dans la journée. Sur la semaine, Apple a perdu 8 %, Alphabet 9,38 %, Baidu 9,6 % et le Nasdaq100 10,47 %.

Indice de la peur

L’indice de la peur est à son paroxysme. Le choc est rude mais durera-t-il ? Tout cela ne semble pas très rationnel – les marchés le sont rarement. C’est comme s’ils découvraient d’un coup, d’un seul qu’un ralentissement économique mondial était à l’œuvre. La sur-réaction est totale. C’est comme si le virus venait soulever le tapis sous lequel tous les indicateurs économiques négatifs avaient été cachés. Des mois et des mois de saleté soudain révélée et non “pricés” dans les cours, forcément, ça fait peur. E. R.

Biotechnologies – 11 mars

mouvements valeurs biotechs bourse

Comme le reste du marché, les valeurs biotechnologiques du Nasdaq reculent cette semaine. Pourtant, il est notoire qu’elles tiennent beaucoup mieux que le reste de l’indice qui a perdu sur la même période plus de 5 %.

Il y a encore énormément de choses que nous ignorons à propos du Covid-19. La grande majorité des cas se situe toujours en Chine continentale, un pays doté d’un régime autoritaire, et qui n’est pas réputé fournir des informations précises sur ce qui se passe à l’intérieur de ses frontières.

Bien que ce soit inquiétant, si la pandémie devait s’installer, certaines opportunités pourraient apparaître.

Je suis les événements de très près. Et je parle à des experts afin de mieux comprendre ce qui se passe. Et je m’en sers pour trouver de nouvelles manières de tirer parti de ceux qui travaillent sur des solutions au coronavirus.

En fait, j’ai étudié différents héros potentiels qui travaillent sur des moyens de ralentir ou stopper la propagation du virus. J’ai été en contact avec des experts médicaux du secteur et j’ai sélectionné deux héros que les lecteurs de NewTech Insider vont découvrir la semaine prochaine.

Déjà, de nouveaux vaccins sont en cours de développement et des traitements antiviraux sont testés.

Pour ceux qui développent des modes de diagnostics rapides, des opportunités se présenteront, si la FDA autorise leur utilisation.

Les Etats-Unis occupant la place de leader mondial en matière d’innovation pharmaceutique et biotechnologique, si une solution est découverte, ce sera très certainement ici.

A court terme, le Covid-19 pourrait bouleverser les chaînes d’approvisionnement des entreprises technologiques et pharmaceutiques. Il pourrait ralentir ou retarder certaines tendances technologiques, comme le déploiement des réseaux 5G à travers le monde.

Mais cela ne les arrêtera pas.

A court terme, le marché réagit exagérément, comme toujours lorsque la peur s’empare de lui. Cela offre l’opportunité d’acheter des actions de qualité à prix cassé, et ouvre la voie à des profits encore plus importants une fois que la peur disparaît. R. B.

Cannabis légal – 12 mars

C’est de loin l’une des pires semaines pour l’indice cannabis nord-américain qui perd presque 25 %. Nul point vert ne surnage dans l’océan de rouge de la semaine. La série noire continue pour le secteur de l’or vert.

Green Growth Brands (GGB) perd 50 % de sa valeur pour atteindre 28 MC$ de capitalisation, alors que l’entreprise a réalisé 21 MC$ au T2 2020 présenté cette semaine, soit une hausse de plus de 65 % par rapport au T1. On peut donc estimer que l’entreprise réalisera un chiffre d’affaires entre 60 M$ et 80 M$ et que sa marge opérationnelle va dans le bon sens (30 % au T2). Pourquoi cette chute alors ? Ce sont les liquidités de l’entreprise qui inquiètent. GGB vend sa filiale CBD (la moitié de son chiffre), restructure sa dette et lève encore un peu de capital pour se concentrer sur la partie retail multi-Etats.

Harvest Health (HARV) perd presque 40%. Elle vient d’annoncer qu’elle levait 100 M$ de capital auprès d’investisseurs privés et a également officialisé le rachat d’Interurban Capital Group, un acteur qui opère la chaîne de 10 dispensaires Have a Heart (et 7 en préparation), pour 85 M$ en cash en en actions. Ce sont des nouvelles qui auraient fait bondir les cours voici un an, mais sont désormais accueillies avec défiance par les investisseurs.

Il semble que certaines entreprises américaines de cannabis soient décidées à reproduire les mêmes erreurs que leurs condisciples canadiennes, à savoir une course à la taille par l’endettement. L’expérience de Trulieve (TRUL), la star floridienne du secteur, montre pourtant qu’il vaut mieux se concentrer sur un État et devenir profitable avant d’essayer de s’attaquer aux autres.

Côté canadien, nous assistons à un mouvement inverse. En effet, Canopy Growth, de son côté, est en train de fermer des serres pour ajuster sa production aux besoins réels du marché et réduire ses coûts pour devenir enfin profitable. E. R.

Cryptomonnaies – 13 mars

Eh bien ! Rien ne résiste dans ce contexte de sell off et de peur généralisée.

L’or est repassé sous les 1 600 $, les grandes Bourses mondiales continuent de basculer et la capitalisation des cryptomonnaies a presque chuté de moitié en une semaine !

L’hypothèse d’un bitcoin « valeur refuge », qui avait déjà du plomb dans l’aile depuis plusieurs semaines, s’est littéralement effondrée en même temps que ce jeune marché expérimentait une des chutes les plus violentes qu’il ait connu, et ce, dans une course à la liquidité.

La première capitalisation enregistre une baisse supérieure à 40 % en moins d’une semaine. Encore au-dessus des 9 000 $ samedi dernier, le BTC a décroché jusqu’à un plus-bas à 4 232 $ cette nuit, effaçant une année de gains. Même les stablecoin assurant une parité 1:1 avec le dollar ont oscillé sous le choc. Hier l’indice crypto de « peur et de cupidité » (fear and greed index) était positionné sur « peur extrême ». Est-ce le moment d’être contrarien et d’en profiter ? F. D.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

Fakun 14 mars 2020 - 15 h 57 min

Vous offensez les lecteurs quand vous reprenez un article déjà paru une semaine avant sans rien dire. En attendant le djia a encore perdu de plumes cette semaine. Arrêtez de nous malmener avec vos insinuations!!!

Reply

Laissez un commentaire