Accueil Zones géographiquesChine & Asie Pas de BATX dans le Nasdaq chinois

Pas de BATX dans le Nasdaq chinois

par Vanessa Popineau
nasdaq chine

En plein cœur de l’été, nouvelle étape dans la guerre technologique qui l’oppose aux Etats-Unis, la Chine a concrétisé la création de sa propre Bourse dédiée aux valeurs techs et biotechs. Son “Nasdaq” à elle sobrement baptisé Star Market (Star pour Science and Technology Innovation Board).

Vous ne trouverez cependant aucune trace des GAFA chinoises (les BATX : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) dans la composition actuelle de l’indice. Pas plus que Huawei, JD.com (l’Amazon chinois) ou Didi (le Uber chinois). Ces géants sont pour la plupart déjà cotés sur d’autres places de marchés. Certains ont élu domicile à Wall Street, d’autres à Hong Kong. Un parti pris à double tranchant qui, certes, offre à ces sociétés un meilleur rayonnement international mais qui, dans le même temps, freine l’alimentation de leur capital en fonds chinois – ce qui par extension limite bien sûr l’influence de Pékin.

D’où l’idée de cette alternative au Nasdaq pour tenter de maintenir les meilleures startups du pays dans le giron national. Dans cette perspective, quoi de mieux que de leur offrir des facilités de financement, et ce à domicile ? Voilà qui semble désormais acté. Bien qu’il se targue d’être un équivalent au Nasdaq, le Star Market offre toutefois des barrières à l’entrée beaucoup moins strictes.

Un beau lancement

Et cela fonctionne ! Pour le moment du moins… En effet, lors de son lancement à Shanghai le lundi 22 juillet dernier – et en une seule séance s’il-vous-plaît –, les 25 premières élues ont pu engranger, au total, quelque 7 Mds$, soit une hausse de près de 140% au global. Une sacrée performance pour ces nouvelles recrues qui, pour la grande majorité d’entre elles, restent totalement inconnues au bataillon international.

Reste encore à transformer l’essai. D’abord parce que la Chine n’est pas à sa première tentative en la matière. Ensuite parce que l’indice promet d’être particulièrement volatil. En effet, sans un encadrement des prix digne de ce nom, le Star Market risque de devenir le terrain de jeu idéal des amateurs de spéculation débridée.

Attention donc à ne pas reproduire les erreurs du ChiNext lancé en 2009 sur la place de Shenzhen… C’est ce genre de travers qui ont contribué à enfoncer les clous du cercueil de ce qui devait déjà être, à l’époque, l’homologue asiatique du Nasdaq.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire