Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies PayPal offre au bitcoin ses premiers galons de monnaie

PayPal offre au bitcoin ses premiers galons de monnaie

par Etienne Henri
bitcoin paypal

[Là où Facebook a échoué en voulant faire de sa Libra un pied de nez aux banques centrales, PayPal pourrait bien réussir en déroulant simultanément le tapis rouge aux utilisateurs libertaires de bitcoins comme aux autorités centrales.]

Au moment où j’écris ces lignes, le bitcoin s’octroie déjà +35 % sur un mois. Si les habitués des cryptos ne se laissent plus surprendre par la volatilité d’un actif capable de gagner plus de 2 000 % en un an, voir la cryptomonnaie pulvériser successivement trois seuils psychologiques fait toujours le bonheur des chartistes et autres traders.

graphe évolution bitcoin bourse

En un mois, le bitcoin a allègrement dépassé les 11 000 $, 12 000 $ puis les 14 000 $.
Source : CoinMarketCap

Jusqu’ici, le bitcoin était l’instrument spéculatif par excellence

Une fois n’est pas coutume, l’actualité de la plus célèbre des cryptomonnaies ne concerne pas que les spéculateurs. Dans ce marché bien particulier où les variations de prix sont souvent la seule information à se mettre sous la dent, une nouvelle fondamentale mérite l’attention des investisseurs – y compris de ceux qui délaissent habituellement cet univers.

PayPal (NASDAQ : PYPL) a annoncé qu’elle commencerait à intégrer les principales cryptos à sa solution de paiement en ligne dans les prochaines semaines. Dès l’année prochaine, ce seront plusieurs dizaines de millions de boutiques qui pourraient accepter, sans aucun travail supplémentaire, les paiements en bitcoin.

Dépasser le rôle d’or digital

Jusqu’ici, le bitcoin était l’instrument spéculatif par excellence. Certains analystes le comparent volontiers à l’or. Tout comme le métal jaune, sa quantité limitée assure sa rareté. De même, la liquidité du bitcoin est suffisante pour assurer une convertibilité en devises (ce qui n’est pas le cas de toutes les cryptos).

Si la comparaison est méritée, elle illustre aussi – cruellement – la principale lacune du bitcoin : tout comme l’or qui n’est plus une monnaie, le bitcoin n’en est pas encore une.

Le bitcoin est en passe de devenir monnaie

Payer un repas au restaurant ou une nouvelle voiture en or physique ? Impossible de nos jours. Croyez-moi, vous ne pourrez pas plus le faire en bitcoin… Alors, oui, certaines transactions peuvent se faire en bitcoin, actuellement. Mais, elles sont dans la plupart des cas illicites (armes, drogues)… Le fait que les échanges soient limités à la sphère souterraine fragilise la position du bitcoin, comme de l’or d’ailleurs. Les gouvernements peuvent ainsi attirer l’attention du grand public sur ces utilisations répréhensibles pour interdire, ou limiter, leur usage. En outre, la rareté et la confidentialité des échanges rendent la valorisation de ces actifs difficile à établir.

Pour l’or, nous disposons d’un historique de prix vieux de plusieurs millénaires et d’une utilisation commerciale (industrie, joaillerie) qui vient donner un cadre de référence. Pour le bitcoin, les choses sont plus compliquées. La crypto est jeune, son prix a oscillé entre quelques centimes et près de 20 000 $… pas étonnant que certains analystes voient sa valeur “réelle” à 1 $ tandis que d’autres ont le million en ligne de mire.

Tant que le rôle du bitcoin restait confiné à la sphère spéculative et au stockage de valeur hors économie marchande, aucun prix n’avait particulièrement de sens. Une incertitude qui pourrait bien toucher à sa fin dès 2021 si PayPal tient ses promesses…

Et le bitcoin devint monnaie

Dans les prochaines semaines, les utilisateurs nord-américains de PayPal pourront acheter bitcoin, ethereum, bitcoin cash et litecoin et les stocker dans leur portefeuille en ligne.

Le compte PayPal pourra ainsi jouer le rôle de wallet, cet espace virtuel où sont stockées les crypto-devises. Les utilisateurs de la première heure remarqueront que confier ses cryptos à une entreprise comme PayPal est en contradiction totale avec l’idéologie libertaire et décentralisée qui a présidé à la naissance du bitcoin. Cela permet cependant une possibilité qu’aucun autre wallet n’offre : dépenser facilement sa crypto-épargne.

La firme de San Jose fait état, à ce jour, de 346 millions de comptes actifs pour plus de 45 millions de boutiques en ligne. Elle a traité, l’année dernière, pour plus de 712 Mds$ de transactions – soit plus que l’intégralité du PIB de la Suisse.

Les paiements par PayPal sont instantanés, multidevises, et intègrent un tiers de confiance pour la gestion des litiges. Peter Thiel et Elon Musk, fondateurs de l’entreprise, voulaient créer un super-dollar : ils ont réussi leur mission.

En intégrant les cryptomonnaies aux possibilités d’approvisionnement des comptes PayPal, l’entreprise leur offre ce qui leur était encore inaccessible : la possibilité de devenir une monnaie du quotidien.

Big Mac

Depuis 2012, il est possible d’acheter un Big Mac depuis un compte PayPal en France.
Bientôt, l’addition pourra être payée en bitcoin. Crédit : McDonald’s

L’écosystème fait la valeur

Toutes les fintechs le savent, le succès d’une solution de paiement n’est qu’une question d’écosystème.

Certaines boutiques en ligne ont, au fil du temps, offert à leur client la possibilité de régler leurs achats en bitcoin. Ces solutions sont restées marginales car compliquées à mettre en place, complexifiant les questions de comptabilité et de trésorerie, et limitées aux clients technophiles sachant comment effectuer des transferts de bitcoins.

Square n’a pas la force d’un PayPal pour créer de nouveaux usages

Le cercle vertueux n’a jamais vraiment été amorcé.

Des acteurs secondaires ont également tenté de soutenir les crypto-devises. Square (NYSE : SQ) a intégré le bitcoin à sa solution de paiement dès 2018, et a fait parler d’elle début octobre en annonçant avoir acheté pour 50 M$ de bitcoins. Si la somme est impressionnante dans l’absolu, elle représente toutefois moins de 1 % des actifs gérés par l’entreprise. Il faut dire qu’avec à peine 100 Mds$ de transactions sur 2019 et seulement 350 000 vendeurs actifs, Square n’a pas la force d’un PayPal pour créer de nouveaux usages.

C’est pour cette raison que l’intégration des crypto-devises majeures par PayPal pourrait bien changer la donne. L’entreprise apporte une demande quasi-captive avec ses vendeurs en ligne qui recevront, même lorsque le client a payé en crypto-monnaie, leurs paiements dans la devise locale. Les freins à l’adoption seront donc minimes.

En plus, PayPal a annoncé travailler main dans la main avec les principales banques centrales pour préparer l’arrivée des cryptomonnaies d’Etat. Même si le bitcoin devait rester cantonné au rôle d’or digital, que l’on stocke sans dépenser, l’intégration de cryptos étatiques viendra prendre le relais. 

Là où Facebook (NASDAQ : FB) a échoué en voulant faire de sa Libra un pied de nez aux banques centrales, PayPal pourrait bien réussir en déroulant simultanément le tapis rouge aux utilisateurs libertaires de bitcoins comme aux autorités centrales. Pour une fintech, multiplier les alliances reste la clé du succès.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire