Accueil A la une Pétrole : la technologie transforme le secteur

Pétrole : la technologie transforme le secteur

par Ray Blanco
technologie boom pétrole

En décembre dernier, pour la première fois en 75 ans, les Etats-Unis exportaient plus de pétrole qu’ils n’en importaient. La croissance de la production a atteint des proportions historiques. Il n’y a pas si longtemps pourtant, tous affirmaient que c’était impossible et que la production pétrolière américaine était en voie de disparition…

Mais les entreprises américaines extraient aujourd’hui un pétrole que l’on pensait jusqu’ici à jamais prisonnier des sols. Et ce, au prix du marché ou moins cher. Ce qui a fait une différence énorme pour l’économie américaine, aujourd’hui indépendante du pétrole étranger et du cartel de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

Là où un coiffeur peut gagner 180 000 $ par an…

Mieux, les investisseurs aussi en profitent – et des milliers d’emplois très bien payés ont été créés. Au Texas, dans le Bassin permien, les entreprises pétrolières peinent à trouver de la main-d’œuvre. Ainsi, pour recruter elles sont contraintes de mettre la main à la poche afin de proposer des salaires attractifs. Dans ce genre de raffineries, le salaire moyen d’un employé lambda avoisine les 200 000 $ par an. Oui. Oui.

Bien sûr, cela a également des répercussions sur l’économie locale en général. Dans certaines villes avoisinantes, un coiffeur peut gagner jusqu’à 180 000 $ par an grâce à sa clientèle d’employés des raffineries. Le Bassin permien est aujourd’hui la plus grande région productrice de pétrole au monde : il a dépassé le champ pétrolier géant de Ghawar, en Arabie saoudite.

Les entreprises pétrolières et gazières, en permettant l’accès à des milliards de nouveaux barils de pétrole, ont créé des centaines de milliers d’emplois à salaires élevés, et généré des milliards de nouveaux revenus fiscaux. Mais, en vérité, le boom pétrolier est surtout un boom technologique…

Pas de peak oil grâce à la technologie

Dans des régions comme le Bassin permien, le pétrole est prisonnier du schiste. Il est donc très difficile à extraire sans l’aide de technologies de pointe. Des inventions comme la fracturation et les forages horizontaux ont aidé à changer tout cela, tout comme les avancées de l’informatique et les technologies de détection qui permettent de localiser le pétrole et contribuent à l’extraire.

Mais ces deux méthodes ne sont pas les seules qui permettent d’extraire le pétrole du sous-sol, et ces technologies existent depuis de nombreuses décennies. La révolution numérique, combinée à ces techniques de forage jusque-là inconnues, a permis cette renaissance pétrolière. La production de gaz et de pétrole assistée par ordinateur se base en effet sur des sons émis dans le sous-sol, qui permettent d’en apprendre plus sur l’environnement souterrain. Des capteurs sismiques, aussi appelés “géophones”, sont utilisés pour détecter les vibrations émises dans le sol par un équipement spécial. Les données sont ensuite utilisées pour construire une cartographie du sous-sol en 3D.

Ces cartes sismiques sont cruciales pour exploiter ces ressources jusque-là hors d’atteinte. Dans de nombreuses formations schisteuses, par exemple, les couches où le pétrole et le gaz sont prisonniers ne font parfois que 60 mètres d’épaisseur, mais se situent à 1 600 mètres de profondeur. Les puits verticaux doivent être percés avec une grande précision et les techniques de récupération de pointe, qui permettent d’augmenter la production des champs plus anciens, ont aussi besoin de technologie de détection.

prévision peak oil

En rouge, la prévision du géologiste Marion King Hubbert établie en 1956 relative au sommet de production puis à l’épuisement du pétrole. En vert, la production réelle des Etats-Unis.
Source : Wikimedia Commons.

Les capteurs ne sont pas simplement capables de trouver du pétrole dans le sous-sol : ils peuvent aussi être utilisés pour dessiner une carte lorsqu’un puits est fracturé. Des fluides sont ensuite pompés dans le puits à haute pression, ce qui fracture la roche.

La fracturation, semblable à un événement sismique, est détectable à l’aide de sismographes qui permettent aussi de déterminer la localisation et l’étendue des fractures.

Les technologies modernes apportent aussi de nouvelles solutions à certains des risques environnementaux liés au forage : des aquifères sont parfois situés à proximité de formations pétrolières ou gazières, et une erreur de fracturation peut provoquer des fuites dans les nappes phréatiques. Les nouvelles méthodes permettent de suivre et de contrôler le processus tout en protégeant cette ressource naturelle.

Une évolution constante des techniques de détection

Au début du siècle dernier, les chercheurs de pétrole devaient deviner ce qui se trouvait sous la surface à l’aide des caractéristiques du paysage. Quelques décennies plus tard, les données ont commencé à jouer un rôle plus important, avec les premières cartographies sismiques en 2D qui indiquaient déjà où percer. Dans les années 1980, il devint possible d’effectuer des recherches sismiques en 3D sur les sites de forage potentiels. La quantité de données était massive, mais les nouvelles technologies informatiques puissantes permettaient déjà un début d’analyse

Les données en 3D fournies par les capteurs sismiques ont permis aux géophysiciens de se faire une image (littéralement) de ce qui se cachait sous la terre. Le nombre de puits secs a donc nettement diminué, et le rendement des puits existants, et nouveaux, a beaucoup augmenté.

Ce n’est qu’en 2008 environ, lorsque le cours du pétrole a atteint les 160 $ par baril, que les choses ont vraiment commencé à décoller. L’augmentation des prix a donné un coup de fouet aux innovateurs : risquer une tentative d’extraction de pétrole piégé dans des dépôts de schiste devenait plus raisonnable grâce aux nouvelles solutions.

La technologie a démultiplié la productivité des puits et des stations de pétrole. Le coût de détection d’un nouveau baril de pétrole dans le sol s’est effondré. Les nouvelles technologies informatiques, les capteurs et les réseaux ont permis d’extraire du pétrole et du gaz dans des zones inaccessibles jusque-là.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

Sara Brajbart-Zajtman 13 juillet 2019 - 11 h 45 min

Passionnant ! Mais les dommages écologiques sont-il évitables ?

Reply

Laissez un commentaire