Accueil Energies et transports Plastic Omnium : le Français qui parie sur la mobilité hydrogène

Plastic Omnium : le Français qui parie sur la mobilité hydrogène

par Etienne Henri
investir mobilité hydrogène

[Les moteurs à combustion interne ? Un vestige du passé ! Les voitures électriques à batteries ? Une solution intéressante mais temporaire… Pour Plastic Omnium, l’hydrogène, c’est l’avenir. Il n’existe d’ailleurs aucune autre alternative crédible. Le potentiel est grand pour le secteur de la mobilité. L’équipementier l’a bien compris et, s’il réussit son pari, il deviendra l’un des leaders de cette filière naissante…]

Devenir le “leader mondial de la mobilité hydrogène”, c’est l’objectif annoncé le 25 novembre dernier par Plastic Omnium (FR0000124570). Cet équipementier automobile français pense déjà au futur. Il voit dans cette énergie propre l’avenir de l’industrie du transport. Pour lui, aucune décarbonation de la mobilité n’est possible sans un recours massif à l’hydrogène.

Les arguments sont imparables, et les moyens mis sur la table à la hauteur de l’ambition affichée.

A la clé, le Français peut espérer devenir un acteur incontournable de cette filière naissante qui pourrait lui apporter des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires annuel dans moins de cinq ans – et des milliards d’ici 2030 !

Pourquoi l’hydrogène ridiculise les batteries

Si les véhicules électriques sont aussi chers, ce n’est pas pour leur motorisation (bien plus simple qu’un moteur thermique), ni pour leurs finitions (même les plus chères des Tesla sont loin d’offrir des prestations intérieures de luxe), mais bien à cause de leurs batteries.

Il n’existe aucune autre alternative crédible à l’hydrogène

Malgré tous les progrès effectués dans la course à la densité, les batteries au lithium restent lourdes et embarquent peu d’énergie. Elles ont une densité énergétique qui représente – au mieux – 1 % à 10 % du carburant E85 qui fait rouler nos voitures thermiques.

Embarquer 10 à 100 fois moins d’énergie par kilogramme transporté, c’est avoir, à poids identique, 10 à 100 fois moins d’autonomie. La seule alternative possible est de multiplier les batteries dans les véhicules pour améliorer un peu leur autonomie – mais ce compromis ferait exploser le poids et le coût des véhicules terrestres. Pire encore, il rend ce mode de stockage d’énergie totalement irréaliste pour les véhicules lourds (camions) ou, au contraire, très légers (avions).

L’hydrogène vient régler ce problème. Là où les batteries sont jusqu’à 100 fois moins denses que les carburants fossiles, l’hydrogène est, pour sa part, jusqu’à quatre fois plus dense. C’est mieux que le gazole, le kérosène et même le gaz naturel liquéfié.

Densité énergétique des différentes formes de stockage

Densité énergétique des différentes formes de stockage.
En rouge, les batteries, en bleu, le carburant E85 et, en vert, l’hydrogène

Si Plastic Omnium fait le pari de l’hydrogène pour la mobilité propre, c’est tout simplement parce qu’il n’existe pas d’alternative crédible. Seul l’hydrogène pourra faire rouler des voitures à bas coûts, alimenter des camions et faire voler des avions.

Investir des millions pour récolter des milliards 

Depuis 2015, Plastic Omnium a investi 200 M€ dans les technologies de l’hydrogène. Le mois dernier, l’équipementier a annoncé la création d’une coentreprise avec la société allemande Elringklinger (DE0007856023), spécialiste des piles à combustible. Nommée Ekpo Fuel Cell Technologies, elle sera détenue à 60 % par Elringklinger et à 40 % par Plastic Omnium.

Le Français pourra ainsi apporter aux constructeurs automobile une offre clé en main autour de la mobilité hydrogène. Le joint-venture fournira la partie électrique du véhicule (génération d’électricité par pile à combustible, régulation de puissance) tandis que Plastic Omnium offrira, en nom propre, son expertise dans le stockage du carburant.

Cette segmentation intelligente permet à l’entreprise d’élargir son offre commerciale tout en gardant sa valeur ajoutée là où elle est la plus précieuse : dans les réservoirs. C’est, en effet, cette thématique qui est à l’heure actuelle le talon d’Achille de l’hydrogène. Le gaz est très inflammable, très léger et a pour mauvaise habitude de s’échapper des contenants. Pour qu’il puisse jouer son rôle de carburant dans les transports, il faut le stocker dans des réservoirs à très haute pression : jusqu’à 700 bars – soit la pression qui règne dans les zones abyssales de nos océans.

C’est exactement dans ce domaine que l’industriel possède une longueur d’avance sur ses concurrents. Déjà spécialiste des matériaux techniques utilisés pour les réservoirs de carburant, les éléments de carrosserie soumis à de rudes conditions climatiques et les systèmes de dépollution, Plastic Omnium a développé une gamme de réservoirs à hydrogène basée sur des fibres de carbone.

véhicule futur Plastic Omnium

Pour Plastic Omnium, le véhicule du futur carbure à l’hydrogène. Crédit : Plastic Omnium

Si la question de leur performance et de leur sécurité est aujourd’hui réglée, ils restent à l’heure actuelle coûteux. Du fait du prix élevé de la fibre de carbone, les assembleurs doivent prévoir un coût de 500 € par kilogramme d’hydrogène stocké dans les véhicules.

Avec son programme d’investissement en R&D de 100 M€ par an, Plastic Omnium a pour objectif de parvenir, en moins de dix ans, à un coût par kilogramme d’hydrogène stocké d’environ 330 €, soit une diminution de 34 % en moins de dix ans.

Si elle parvient à réaliser ce tour de force technologique, l’entreprise possèdera alors une avance sensible sur l’état de l’art mondial – et ses ambitions internationales seront parfaitement réalistes.

Comme l’hydrogène décuplera les chiffres d’affaires 

Selon les estimations de la direction, qui n’est pas connue pour faire des prévisions fantaisistes façon Nikola, la mobilité hydrogène pourrait apporter au groupe 300 M€ de chiffre d’affaires dès 2025. Cinq ans plus tard, l’activité de ce segment pourrait être décuplée pour atteindre les 3 Mds€ – soit 75 % de sa capitalisation boursière actuelle !

Ces ratios nous montrent à quel point la transition vers la mobilité hydrogène, qui vient de s’enclencher, bouleversera les équilibres financiers des entreprises impliquées. Pour les équipementiers comme Plastic Omnium et Elringklinger, qui ont un socle d’activité classique, ce secteur émergeant représente un formidable nouveau relais de croissance.

Elringklinger graphe bourse

Pour les jeunes entreprises spécialisées dans l’hydrogène, cette nouvelle tendance sera encore plus porteuse. Les startups du secteur, dont l’activité commerciale était jusqu’ici limitée à la réalisation de projets-pilotes, bénéficieront d’un l’effet de levier encore plus grand.

300 M€ de chiffre d’affaires dès 2025!

A l’heure où la Chine a choisi de basculer son modèle de subventions des batteries vers les véhicules à hydrogène, et que les objectifs de vente sur le marché intérieur se chiffrent désormais en dizaines de milliers de véhicules par mois, les entreprises occidentales sont idéalement placées pour profiter de la nouvelle tendance. Il est grand temps de valoriser la recherche fondamentale réalisée par nos laboratoires durant des décennies pour en tirer des bénéfices bien mérités.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire