Accueil A la une Camions autonomes en Suède : une première mondiale ?

Camions autonomes en Suède : une première mondiale ?

par Edern Rio

Mercredi dernier, le géant allemand de la logistique DB Schencker et la jeune pousse scandinave Einride ont lancé sur les routes de Suède un camion électrique autonome, dans le cadre de livraisons commerciales sur des routes ouvertes. Une première mondiale pour ses organisateurs ! Formulé ainsi, c’est très impressionnant. En vérité, il s’agit d’une expérimentation certes avancée, mais encore limitée. Explications.

T-Pod, camion autonome de niveau 4

Baptisé « T-Pod », ce véhicule du troisième type ne dispose pas de cabines et offre un profil compact et râblé. Sa forme futuriste n’est par ailleurs pas sans rappeler des véhicules sortis de la saga Star Wars.

Equipé de nombreux capteurs (radars, lidars et camera), ce camion de 26 tonnes dispose d’une capacité de transport de 15 euro-palettes. Quant à son autonomie, elle s’appuie sur un ordinateur Nvidia.

Le véhicule peut se débrouiller seul dans de nombreuses situations, mais il est surtout possible de le piloter à distance à partir d’un centre de contrôle bardé d’écrans. Selon Einride, un contrôleur pourra superviser une dizaine de camions. C’est ce qui permet de supprimer la cabine et de gagner en superficie, tout en faisant l’économie de coûts de construction. Einride estime que son camion permet une réduction de 60% des coûts opérationnels du transport et de 90% des émissions de CO2.

Jusqu’ici, rien que du très classique dans le monde du véhicule autonome, mais ce qui l’est moins, c’est l’autorisation par la Suède de se déplacer sur des routes ouvertes, suivant l’exemple de plusieurs Etats américains. En revanche, c’est le tout premier agrément sans superviseur embarqué. Et pour cause : il n’y a pas de cabine !

Un premier camion autonome électrique roule sur route ouverte en Suède. Crédits : Einride / YouTube.

La réalité de l’expérimentation

Cette « première mondiale » est donc surtout permise par le volontarisme suédois. Selon Reuters, le pays a autorisé que le véhicule circule sur une route de 10 kilomètres, mais la réalité du trajet est moins enthousiasmante, car dans les faits le camion se borner à relier l’entrepôt logistique de DB Schenker à un autre. Or, pour Engadget, la distance entre ces deux infrastructures serait plutôt de l’ordre de 300 mètres…

En outre, il est prématuré de s’émouvoir d’une disparition du métier de chauffeur routier… S’il s’agit d’une hypothèse plausible à long terme, il convient en effet de préciser que le camion roule actuellement à 5 km/h et ne prévoit pas de dépasser les 25 km/h sur ce site. Théoriquement, le camion pourrait rouler à 85 km/h. Pour autant, cette vitesse n’a même pas été évoquée lors du lancement !

Ainsi, s’il devait parcourir 10 km, il lui faudrait deux heures pour effectuer son trajet, là où un conducteur ordinaire mettrait une dizaine de minutes. Pas sûr donc que le gain soit si important dans l’immédiat…

Pour Jochen Thewes, le PDG de DB Schenker, un des problèmes actuels réside dans l’absence d’un réel réseau 5G qui permettrait de réellement sécuriser la conduite à distance. De fait, pour cette expérimentation, l’opérateur de téléphonie Telia et le fabricant d’équipements Ericsson ont dû déployer deux antennes 5G pour couvrir la zone concernée et permettre une latence minime dans le contrôle à distance.

Premiers tours de roue sur voie ouverte pour le T-Pod. Source : Einride.

De belles perspectives pour Einride

La startup espère que 200 de ses véhicules seront en circulation d’ici la fin 2020. Elle a à cet égard fait savoir qu’elle est en contact avec plusieurs acteurs de la grande distribution et a même annoncé avoir déjà reçu des commandes.

En creusant, on est tout de même surpris de découvrir que l’entreprise n’a levé que 10 M$ et qu’elle est à la recherche d’un partenaire chez les constructeurs automobiles pour assurer la construction des camions à grande échelle. Une prospection qui s’explique par le fait qu’Einride se voit avant tout comme une entreprise de logiciels.

Comme nous vous le disions, il ne fait aucun doute que, dans l’immédiat, les véhicules qu’on voudrait nous faire croire complètement « autonomes » seront télécommandés. Les voitures n’en sont pas moins, doucement mais sûrement, en train de se transformer en ordinateurs surpuissants.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire