Accueil Nouvelles technologies Qui se cache derrière la « relique barbare » ?