Accueil Internet & CommunicationsIndustrie du jeu vidéo Qui sera le leader du gaming-as-a-service ?

Qui sera le leader du gaming-as-a-service ?

par Arthur Toce
gaming setup

Vous trouverez peut-être mon titre un peu provocateur. Pourtant, plus je cherche, moins je trouve de concurrents valables. Examinons la concurrence du gaming par abonnement.

Même s’il y a beaucoup de services, j’en ai retenu cinq qui sont les plus gros ou les plus visibles.

Les challengers du cloud gaming

De véritables offres pour jouer en streaming sont apparus récemment. Tout repose alors sur la qualité de la connexion.

La plateforme full cloud de Google Stadia propose une offre à 10 € par mois. Sauf qu’elle a un très fort besoin de bande passante et dispose de peu de jeux ! Je pense qu’il va être difficile pour Google (NASDAQ : GOOG) de s’installer dans le paysage. Google a aussi un autre service sur mobile Google Play Pass à 5 €. Il permet d’accéder à un catalogue d’applis de jeux renouvelés régulièrement.

Nvidia (NASDAQ : NVDA) propose un service GeForce Now qui est en rodage.

offre nvda

L’offre de Nvidia, même si elle semble techniquement aboutie, se heurte à plusieurs problèmes pour l’instant. Soyons réalistes, l’offre ne semble pas du tout pouvoir durer à ce prix. Même si Nvidia annonce un million d’utilisateurs, la majorité se situe dans la partie gratuite ou les 90 jours d’essai.

Les abonnés payants sont aujourd’hui encore obligés de s’arrêter toutes les six heures. L’offre gratuite qui est là pour offrir un show room à son service et faire sa promotion ne permet que de jouer une heure.

Surtout, Nvidia souffre de la complexité de ses conditions d’utilisation qui lui a fait perdre des éditeurs comme Activision ou Bethesda qui ont retiré leurs jeux du service.

Les leaders du marché du jeu vidéo

Commençons par Steam (plateforme de vente de jeux vidéo par téléchargement de Valve), acteur qui règne sur la vente de jeux vidéo sur PC et a tenté des incursions dans le monde de la console sans succès. Pour l’instant, il semble avoir pris un autre chemin que l’abonnement en agrégeant des contenus.

Il pourrait prendre sa place en tant que partenaire des acteurs du cloud gaming comme Nvidia. L’utilisateur pourrait donc, une fois le jeu acheté, le lancer sur la plateforme cloud de Nvidia et, à terme, sur d’autres plateformes. Ce positionnement permet à Steam de garder son rôle de porte d’entrée et d’agrégateur et de favoriser la vente de jeux en proposant une solution pour les personnes dont la machine ne peut faire tourner les nouveaux jeux. Difficile de savoir comment cette tendance se développera, car nous sommes au tout début du phénomène.

Nintendo est structurellement en retard sur l’online. Son service a subi beaucoup de bugs lors du confinement. Dans l’ensemble, son service sous-performe celui de ces concurrents.

Finalement, seul Sony est un vrai concurrent direct de Microsoft Xbox. Il propose une offre d’accès par abonnement à son catalogue intitulé Play dont le prix descend à 5 € par mois.

offre microsoft

Sauf que cette offre n’inclue pas le multijoueur. Pour jouer avec ses amis, il faudra encore ajouter 5 € par mois. PS Play est aussi disponible sur PC, ce qui est un gros plus.

Sony, qui va également sortir une nouvelle console cette année, la PS5, compte refondre son offre. Avec ses 2,2 millions d’abonnés, PS Now est clairement le concurrent historique de Microsoft (NASDAQ : MSFT) et un des plus avancés pour les offres par abonnement.

Conclusions temporaires

Si Microsoft ajoutait une facilité de paiement au travers d’une offre globale Xbox All, celle-ci serait fortement consommatrice de cash, puisqu’il faudrait avancer les frais de fabrication de la console sans vente upfront.

Je ne pense pas que Sony, vu sa faiblesse financière, puisse suivre. Stadia est limitée par sa fonction streaming only et Nintendo a un énorme retard. Nvidia est au tout début et Steam n’est pas sur le segment de la console.

Autre avantage de taille pour Microsoft : l’entreprise dispose de licences très fortes comme Halo, Age of Empires, Gears of War grâce aux studios de jeu qu’il contrôle.

catalogue jeux Xbox

Les différents Xbox Game Studios

Il apparaît clairement que Microsoft est en avance dans un univers du gaming en pleine transformation. Si on compare à d’autres secteurs du streaming et de l’abonnement, que voit-on ?

Dans le secteur musical, le marché commence à être bien formé avec un leader Spotify et beaucoup de suiveurs de bonne taille (Deezer, Tidal, etc.).

Dans le secteur de la VOD, la concurrence est encore plus intense avec les deux gros leaders que sont Disney+ et Netflix et les dizaines de suiveurs.

A contrario, dans le gaming, il existe deux acteurs sérieux pour le moment Microsoft et Sony. Pourtant, le changement des habitudes de consommation et les importants besoins d’investissement me semblent vraiment donner la part belle à Microsoft.

marché du jeu vidéo

Plus le marché est gros – celui du jeu vidéo se chiffre en milliards de dollars –, plus le nombre d’acteurs est limité, plus le leader du marché a tendance à détenir une position avec un très fort levier dans le temps. N’oublions pas que le chiffre d’affaires global de l’industrie du jeu vidéo est supérieur à celui du cinéma et de la série. C’est vous dire le tas d’or sur lequel Microsoft est assis s’il parvient à devenir le Netflix du secteur !

Finalement l’équation de ce marché est très simple :

Peu d’acteurs = Grosse PDM = Beaucoup de $$ !

Microsoft est aujourd’hui le géant de la tech le plus diversifié avec Amazon. Il est évident que l’entreprise offre encore aujourd’hui de belles perspectives à l’investisseur grâce à sa capacité à croître sur de nombreux marchés.

Et si dans dix ans, Xbox All & Game Pass Ultimate avait plus d’abonnés que Netflix ?

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire