Accueil InvestirIndices et actions 3% sur les bons du Trésor, et après ?

3% sur les bons du Trésor, et après ?

par Cécile Chevré
PER

Hier, Wall Street s’est légèrement repris malgré le passage des 3% sur le rendement des bons du Trésor (nous en parlions hier). Le Dow Jones a ainsi clôturé en hausse de 0,25%, le S&P 500 de 0,2% et le Nasdaq en toute petite baisse de 0,05%.

Une fois le passage des 3% digérés, les marchés ont-ils suffisamment de ressort pour reprendre leur progression ? Cela va être la grande incertitude des prochains jours, d’autant que la hausse des rendements obligataires semble durable.

En 2014, dernier exemple en date du passage des 3%, le rendement était rapidement retombé. Mais, aujourd’hui, les investisseurs craignent très clairement la fin du grand marché haussier obligataire entamé en 1981.

A ce propos, Simone Wapler vous proposait, dans La Chronique, une excellente analyse des conséquences d’une hausse des taux longs (une autre manière de désigner le rendement des obligations souveraines de long terme) :

Si les taux longs remontent :
– L’immobilier chute car moins d’acheteurs se présentent pour un même bien
– Il est moins facile d’acheter des actions à crédit en tablant sur des dividendes supérieurs aux taux d’intérêt
– Les entreprises zombies apparaissent clairement : ce sont celles qui sont endettées et dont les taux d’intérêt sont supérieurs aux bénéfices
– Les refinancements (rembourser un prêt en empruntant à nouveau) deviennent très douloureux
– Les investissements (les emplois de demain, comme disent les Allemands) sont plus coûteux
– Le poids de la dette des gouvernements grossit et fait exploser les budgets
– Il faudra plus d’impôts ou moins d’allocations, ou les deux, et cela pèsera sur la consommation

Les banques centrales, qui ont tout fait pour maintenir au plus bas les rendements obligataires, vont-elles rester les bras croisés face à cette hausse ? C’est peu probable mais, comme l’explique Simone, cela risque de mettre la Fed en porte-à-faux avec sa politique de resserrement monétaire :

“Agir”, pour la Fed, consisterait à créer plus de crédit pour en faire baisser le prix. La Fed a décidé de faire l’inverse : elle rend le crédit plus cher et elle achète moins de bons du Trésor alors que Trump a prévu d’en émettre plus, MAGA (Make America Great Again) oblige. La hausse des taux est la conséquence de ces décisions.

Si la Fed se renie, qui aura encore confiance dans le dollar et les bons du Trésor ? La hausse actuelle des prix du pétrole voulue par les pays producteurs ne serait-elle pas un test, comme durant les chocs pétroliers des années 1970 ?

Tout le monde se moque de la dette lorsque les taux sont bas.

Mais si les taux d’intérêts redeviennent honnêtes ? Vous n’y pensez même pas !

Pouvez-vous imaginer un monde chargé de 237 000 milliards de dollars de dettes (presque le quadruple du PIB mondial) avec des taux d’intérêt à disons 5% ?

En 1981, la dette mondiale n’était que de 10 000 milliards de dollars, ce qui représentait une fois le PIB mondial. Les taux pouvaient bien monter jusqu’à 15%.

Un monde de taux honnêtes n’est plus possible aujourd’hui sans remettre à plat le système monétaire et financier mondial. MMHA – Make Money Honest Again – sera le programme imposé.

La suite est à lire dans La Chronique.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire