Accueil Energies et transportsCourse à l'espace Rocket Lab : vers l’infini et le Halo-Fi !

Rocket Lab : vers l’infini et le Halo-Fi !

par Ray Blanco
spacex rocket lab halo-fi

[Sur le marché des satellites, si SpaceX a la fâcheuse tendance à dominer le ciel et les médias (merci Elon Musk !), une startup est en train de changer la donne… Rocket Lab, qui s’apprête à rentrer en Bourse via le SPAC Vector Acquisition, entend bien lui donner du fil à retordre. Et vous feriez bien de vous y intéresser, c’est l’une des actions spatiales « pure play » les plus précieuses du moment…]

On ne s’en rend pas forcément compte, comme ça, juste en levant les yeux vers lui, mais le ciel est disputé par de gigantesques entreprises. Boeing, Lockheed Martin, Northrop Grumman et Raytheon… ou encore SpaceX d’Elon Musk, valorisée à plus de 70 Mds$.

Les fusées lancées par SpaceX font à peu près la taille d’un bus scolaire et un lancement coûte environ 57 M$ par mission. Mais une startup est en train de changer la donne…

Ses lanceurs, eux, coûtent à peine 7 M$ et elle se positionne sur un marché totalement vierge. Celle qui aime se qualifier de « FedEx de l’espace », a annoncé début mars son intention d’entrer en Bourse… en fusionnant avec un SPAC…

Parlons donc de Rocket Lab, de sa future fusion avec Vector Acquisition, mais surtout de son projet qui la place comme l’une des plus sérieuses rivales de SpaceX.

Rocket Lab, la petite rivale de SpaceX

Donc Rocket Lab s’apprête à rentrer en Bourse. Tout cela est très enthousiasmant pour le marché. A la suite de l’annonce de ce projet, l’action de Vector Acquisition s’est envolée de près de 30 % – ce qui valorise Rocket Lab à 6,4 Mds$, et en fait au passage l’une des actions spatiales « pure play » les plus précieuses.

Comme je l’ai laissé sous-entendre un peu plus haut, cette entreprise est leader sur son marché des petits lanceurs.

 

lancements Rocket Lab

Rocket Lab domine le marché des petits lanceurs.
Source : Rocket Lab

 

C’est également, dans le secteur privé, l’une des deux entreprises leaders qui lancent des fusées… l’autre étant SpaceX, qui fait plus de douze fois sa taille.

Mais, contrairement à SpaceX, Rocket Lab s’est orientée vers le marché des petits satellites, voilà pourquoi elle se considère comme le « FedEx de l’espace ». Son lanceur le plus utilisé, Electron, ne mesure que 55 pieds (16,5 m environ), ce qui est minuscule par rapport au lanceur que SpaceX utilise couramment, le Falcon 9, qui mesure 230 pieds (70 m environ).

Mais ce n’est pas parce que l’on est le plus grand que l’on est forcément le meilleur. Songez à SpaceX comme à un train de marchandise qui fait un voyage par mois, alors que les lanceurs plus petits et moins chers s’apparentent plus aux fourgonnettes FedEx faisant des trajets quotidiens.

Mais Rocket Lab voit beaucoup plus loin…

Rocket Lab Vers l’infini et le Halo-Fi

Début mars, Rocket Lab a également annoncé qu’elle allait utiliser une partie des 750 M$ de trésorerie de sa fusion via le SPAC Vector Acquisition pour financer le développement d’un lanceur plus grand, Neutron.

Neutron serait l’alternative directe au Falcon 9 de SpaceX

Rocket Lab a déclaré que Neutron serait l’alternative directe au Falcon 9 de SpaceX. Il sera conçu pour les méga constellations, des missions lointaines dans l’espace et des vols habités.

La société a également lancé son premier satellite conçu et assemblé chez elle. Voici ce qu’elle a déclaré, lors de sa dernière présentation aux investisseurs : « Les clients n’ont plus à construire leurs satellites eux-mêmes. Ils peuvent acheter un lancement, un satellite, des services au sol et la gestion en orbite en un seul ‘package' ». Rocket Lab se prépare à être un sérieux adversaire, dans le secteur du « satellite-as-a-service » (satellite à la demande).

Ces satellites posent les bases de sa propre grande constellation Halo-Fi…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

3 commentaires

de Buttet 16 avril 2021 - 17 h 34 min

Je suis abonné à la lettre confidentielle de Ray Blanco, mais voilà 3 semaines que je ne la reçois plus…. Je ne comprends pas pourquoi ?

Reply
rédaction 19 avril 2021 - 17 h 14 min

Cher lecteur,

Rapprochez-vous de notre service clients, svp. Ils sauront répondre à votre question: service-clients@publications-agora.fr

merci!

Reply
Branger 21 avril 2021 - 17 h 58 min

Je suis très intéressé par un article de Ray. Blanco sur les opérateurs mais je ne le retrouve plus.
Merci de m’indiquer où je peux le retrouver.

Reply

Laissez un commentaire