Accueil A la une Russie, un acteur d’avenir en cryptomonnaies ?

Russie, un acteur d’avenir en cryptomonnaies ?

par Florian Darras
russie cryptos bitcoin

La Russie est un acteur de taille sur le marché des cryptomonnaies. Lorsque le phénomène des ICO battait son plein, de nombreux projets de startups y virent le jour : près d’un projet sur dix en 2018 selon le site ICObench.

Malgré un environnement juridique encore incertain, les entrepreneurs du pays peuvent en effet s’appuyer sur une importante communauté de développeurs informatiques qualifiés.

Les échanges de bitcoins gagnent du terrain au sein de la population

Dans la population locale, l’incertitude juridique ne freine pas pour autant l’ardeur des investisseurs, bien au contraire. Les traders russes représenteraient 15 % du total des traders de monnaies numériques dans le monde, derrière les Etats-Unis.

En termes de volumes de bitcoins échangés sur le site LocalBitcoins, la Russie est en première position loin devant le Venezuela et les Etats-Unis en deuxième et troisième position. 4 500 BTC furent ainsi échangés la dernière semaine de décembre 2018.

graphe volumes échanges bitcoin

Les volumes hebdomadaires d’échanges de bitcoins. Source : LocalBitcoins.

Ces données prennent seulement en compte que les échanges de gré-à-gré effectués grâce à la startup finlandaise LocalBitcoins. Ils ne donnent donc qu’une vision imparfaite des échanges de bitcoins. Néanmoins c’est toutefois la preuve d’une pénétration des cryptomonnaies dans la population qui ne dispose que de moyens d’accès encore restreints à des plateformes plus conventionnelles.

Toutefois, le lancement à Moscou le 6 décembre dernier d’une antenne de Huobi – le géant asiatique des échanges de crypto-actifs – change déjà la donne. Le premier jour de son ouverture l’équivalent de 20 M$ en cryptos était échangé.

Transactions financières en devises numériques, un probable assouplissement législatif

La Douma, l’assemblée législative de la Fédération soutient un projet de loi expérimental visant à permettre à des entreprises du secteur d’utiliser de tels actifs numériques dans leurs transactions financières.

Si l’essai est concluant, le programme pourra vraisemblablement être étendu à d’autres entités commerciales et industrielles russes.

Cet assouplissement législatif a son importance compte tenu des sanctions américaines à l’égard d’un certain nombre d’entreprises russes. Si le projet de loi est bien réel, les sanctions donnèrent récemment lieu à une fausse rumeur…

La fake news des réserves de bitcoins

En matière de rumeurs infondées, la Russie n’est pas la dernière.

Dans l’optique de contourner les sanctions américaines renouvelées par l’administration Trump à l’encontre d’entreprises russes, il s’est en effet murmuré que le pays, qui détenait au dernier pointage plus de 460 Mds$ de réserves (en octobre 2018), envisageait de les investir en bitcoins (BTC).

Un jour peut-être des Etats comme la Russie mettront en œuvre cette solution pour contourner l’hégémonie du dollar.

Le rapporteur de cette fake news, qui a indiqué travailler pour le gouvernement russe, est un dénommé Vladislav Ginko. Dans un tweet qui a mis le feu aux poudres, il a affirmé que l’on pouvait s’attendre à ce que l’équivalent de 10 Mds$ soit investi dans la première cryptomonnaie au cours du premier trimestre.

Ses allégations ont par la suite été abondamment relayées par le Telegraph et par plusieurs sites spécialisés (The Daily Hodl, TheBitcoinMag, Bitcoinist etc.), sans qu’aucune confirmation officielle ne vienne les corroborer.

Hormis le montant mentionné de 10 Mds$, qui paraît énorme – il représente tout de même plus de 15 % de la capitalisation actuelle du Bitcoin –, la probabilité d’une telle opération n’avait rien d’incongrue et on peut comprendre qu’elle ait pu susciter l’enthousiasme des investisseurs. Il n’en a cependant rien été et on peut ici parler de fake news.

Pour autant, le fait est que la Banque de Russie accroît régulièrement ses stocks d’or, lesquels représenteraient aujourd’hui 64,5 millions d’onces… Pourquoi ne pourrait-elle pas réduire partiellement ses réserves en dollar en les convertissant en Bitcoin ?

Un jour peut-être des Etats comme la Russie mettront en œuvre cette solution pour contourner l’hégémonie du dollar.

Le véritable enjeu pour la Russie à l’heure actuelle est d’assouplir sa réglementation. L’arrivée de la plateforme Huobi à Moscou et le projet de loi dont nous avons pu parler vont dans ce sens. Autre aspect non négligeable, la fraicheur hivernale du gigantesque pays est un bel atout pour les fermes de minage (refroidissement des machines).

N’oublions pas non plus que le régime soviétique a laissé des stigmates chez la population. Les promesses de décentralisation – caractéristique présente notamment chez le Bitcoin – d’intraçabilité des privacy coin (Monero, Zcash, Dash, etc.) mais aussi les moyens qu’offrent certaines cryptomonnaies pour contourner la censure, sont autant d’arguments qui pourraient gagner le cœur des Russes.

Articles similaires

Laissez un commentaire