Accueil A la une Sigfox, le Petit Poucet de la 0G, préparerait une IPO

Sigfox, le Petit Poucet de la 0G, préparerait une IPO

par Etienne Henri
IOT Sigfox

Nous avons vu hier que, malgré l’existence d’un réseau LPWAN basé sur l’infrastructure 4G déjà déployée et soutenu par les plus gros équipementiers au monde, certains nouveaux venus parviennent à déployer des offres de connectivité LPWAN compétitives avec leurs propres technologies.

La technologie LoRa, conçue en France et battant désormais pavillon américain sous l’égide de Semtech, est concurrencée par un adversaire de taille : le réseau Sigfox.

Si la jeune pousse toulousaine demeure pour l’instant plus petite, elle ne manque pas d’ambitions, ni d’atouts, et préparerait une IPO. Faisons donc le point sur Sigfox et sa stratégie.

Sigfox : une offre complète pour l’IoT 

Sigfox déploie ses propres antennes et dispose de sa propre mécanique commerciale.

Sigfox, fondée à Toulouse en 2010, a conçu un réseau LPWAN tout ce qu’il y a de plus classique. Des objets connectés munis de modems dédiés se connectent à ses antennes, lesquelles assurent la transmission des données sur Internet. Le créateur de l’objet connecté est ensuite responsable du stockage, du traitement et de la restitution des données ainsi collectées.

Sigfox a cependant fait quelques choix technologiques et commerciaux différents de ceux de Semtech. L’offre Sigfox est une offre complète, c’est-à-dire qu’elle inclut la fourniture du matériel pour les objets connectés, un protocole de communication et l’accès au réseau.

Sigfox déploie ses propres antennes et dispose de sa propre mécanique commerciale. Il n’existe pas de “guerre des opérateurs” sur le réseau Sigfox comme c’est le cas avec la technologie open source LoRa.

Le déploiement du réseau se fait de manière beaucoup plus centralisée, avec quelques conséquences pour les clients. Si l’Europe occidentale est très bien couverte, l’Amérique du Nord fait encore office de zone sinistrée.

réseau Sigfox iot

En bleu clair, les zones couvertes par le réseau Sigfox.
Source : sigfox.com

La mécanique commerciale de Sigfox est également plus restrictive : les données transmises sont limitées à 12 octets par message, et chaque appareil est limité à 140 messages par jour. La vitesse de transmission (même si elle est peu importante au vu des contraintes précédemment indiquées) est limitée à 100 bits/s alors que le réseau LoRa peut supporter des vitesses de 50 000 bits/s.

Pour autant, ne vous méprenez pas, ces capacités sont largement suffisantes pour la majorité des applications de l’Internet des objets.

En contrepartie, la portée de chaque antenne monte jusqu’à 50 km en milieu rural et 10 km en milieu urbain, contre respectivement 40 km et 8 km pour le réseau LoRa.

Qui, de Sigfox ou de LoRa, s’imposera dans l’Internet des objets ? 

Comme vous le voyez, les différences entre Sigfox et LoRa sont bien maigres pour les industriels tentés de s’appuyer sur un LPWAN pour leurs futurs objets connectés.

Avec des technologies similaires et un positionnement tarifaire équivalent, tant au niveau du coût du matériel que de celui de l’abonnement, difficile de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique.

Preuve de cette hésitation, aucun consensus ne s’est dégagé au sein de nos opérateurs historiques. SFR a choisi Sigfox tandis que Bouygues Télécom et Orange ont préféré LoRa pour leur offre LPWAN.

Cette situation bipolaire ne devrait pas s’éterniser. Sigfox, avec ses 50 M€ de chiffre d’affaires, a prouvé sa capacité à être une alternative crédible à LoRa. Le Français fait encore figure de Petit Poucet face à Semtech (US8168501018 – SMTC) et ses 588 M$ de chiffre d’affaires en 2018. Même si le réseau Sigfox est moins morcelé que l’offre LoRa, les pays tiers auront certainement plus de mal à se convertir à la technologie française ne serait-ce qu’à cause de la force de frappe réduite de sa maison-mère.

Sigfox en a bien conscience et, après avoir refusé une offre de rachat “à près d’un milliard d’euros” en 2017, son P-DG Ludovic Le Moan laisse désormais planer le doute quant à une éventuelle IPO. Cette dernière pourrait avoir lieu dès cette année, et donner au champion tricolore les moyens de ses ambitions internationales.

Sigfox delta free

La technologie Sigfox est intégrée dans la nouvelle box Delta de Free afin d’assurer des missions de domotique. Source : Sigfox/Illiad.

Le toulousain ne manque pas de talent. Il a baptisé sa technologie “0G” pour bien se distinguer. Ses objectifs 2018 ont été atteints avec une croissance du chiffre d’affaires de 148 % et 6,2 millions d’objets connectés. Il a signé avec des partenaires de renom comme PSA, Michelin ou Total.

Aujourd’hui son réseau couvre 60 pays et un milliard de personnes. L’entreprise vise un milliard d’objets connectés à son réseau en 2023 !

Les géants de la 3GPP veillent

N’oublions pas toutefois pas que derrière le match des frères ennemis Sigfox et LoRa se cache le géant NB-IoT. En s’appuyant sur un réseau mondial existant et la possibilité de commercialiser des offres plus complètes en termes de fourniture de bande passante (un seul opérateur possédant des antennes 4G peut facturer à la fois des communications rapides et lentes), le NB-IoT pourrait être la solution de facilité qui remportera ce match.

Ce sont, comme toujours, les utilisateurs finaux qui détermineront qui, des antennes 4G ou des réseaux indépendants, feront transiter leurs données LPWAN.

Si les usages de ce nouvel Internet des objets s’avèrent majoritairement locaux et privés, Sigfox et LoRa ont leurs chances. Si ce sont les usages logistiques qui prédominent (stockage et surtout transport international de marchandises), il sera difficile pour les deux technologies de concurrencer le réseau 4G mondial dont le déploiement a déjà coûté des milliards de dollars.

Preuve de l’incertitude qui règne encore sur le marché du LPWAN : certains opérateurs tricolores ont décidé d’assurer leurs arrières. SFR a annoncé en janvier intégrer également le NB-IoT à son offre, faisant suite à une annonce similaire d’Orange en novembre dernier.

Le match pour la domination des technologies LPWAN n’est pas encore joué ! Seule une chose est sûre, le LPWAN est, comme la 5G, le réseau qui soutiendra les innovations de la décennie à venir.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire