Accueil Internet & Communications Yubo, le prochain Instagram ?

Yubo, le prochain Instagram ?

par Arthur Toce
investir réseau social

[Dans l’univers des réseaux sociaux, les têtes chercheuses s’affolent. La chasse est ouverte. La proie ? La nouvelle poule aux œufs d’or du web, le prochain phénomène qui détrônera Instagram. Pourtant, en 2012, quand Facebook a racheté l’application – bien trop cher aux yeux de certains –, beaucoup avaient raillé Marc Zuckerberg et son manque évident de discernement. Ils ont vite dû revoir leur copie. Clubhouse ? TikTok ? Une autre application ? Qui a l’étoffe pour prendre la suite ?]

En 2012, la société Facebook fraichement introduite en Bourse rachetait Instagram pour 1 Md$. Souvenez-vous de tous ceux qui hurlaient à la folie de Mark Zuckerberg. Souvenez-vous de tous ceux qui, à l’époque, parlaient de Facebook comme d’une IPO ratée, pointant du doigt une première année boursière clôturée dans le rouge. Ils ont vite dû revoir leur copie…

En effet, après un plus-bas sous les 20 $ en septembre 2012, le cours de l’action a été multiplié par 12 en six ans. Par la suite, elle a rechuté deux fois. Mais elle s’en est remise et vaut aujourd’hui 50 % de plus qu’en septembre 2018.

 

Facebook évolution cours bourse

Devant le succès de ce réseau social, plusieurs concurrents de Facebook tentent de trouver leur future Instagram. Twitter, par exemple, aurait discuté du rachat du jeune réseau  Clubhouse pour plus 4 Mds$. Cela paraît fou pour une application créée il y a moins d’un an ! Pourtant, quand son rachat a eu lieu, Instagram avait à peine 18 mois d’existence. Et si l’application WhatsApp a été rachetée peu avant son cinquième anniversaire, en 2014, elle a coûté 22 Mds$ à Facebook.

Vous l’aurez compris, aujourd’hui, nous allons explorer le business des réseaux sociaux. Ils sont devenus une composante essentielle du commerce sur Internet, où des fortunes se font et se défont à vitesse grand V.

Acheter YouTube ? Vous êtes fou !

L’histoire d’Instagram n’est toutefois qu’une répétition d’un précédent succès… En 2006, quand Google décide d’acquérir YouTube, de grands noms s’indignent du rachat par le leader des moteurs de recherche d’un actif qui ne vit que par la création vidéo de ses utilisateurs.

Le milliardaire Mark Cuban, devenu riche grâce à la vente de sa société à Yahoo! en 1998, affirmait même à l’époque que la firme de Mountain View était folle, que seul un “idiot” serait prêt à acheter YouTube. Pour lui, c’était le meilleur moyen d’inviter tous les grands studios de cinéma et télévision à attaquer Google en justice pour toutes les vidéos hébergées sur YouTube ne respectant pas leurs droits d’auteur.

Mais la folie, ça rapporte : YouTube, achetée 1,65 Md$, récoltait 15 Mds$ de revenus publicitaires en 2019. L’année précédente, Morgan Stanley valorisait la plateforme 160 Mds$. Mais elle permet surtout à Google de gagner des dizaines de millions d’utilisateurs à monétiser, et de sauver la face après avoir raté le tournant des réseaux sociaux et l’échec de Google+.

L’investissement réalisé en 2006 a donc en partie sauvé Google d’une lourde descente aux enfers sur sa part de marché dans la publicité online. Sans YouTube, notre moteur de recherche préféré serait déjà largement sous les 30 % de parts de marché aux Etats-Unis, avec Facebook tout proche derrière.

 

revenus 2019 réseaux sociauxChiffre d’affaires généré sur le marché de la publicité en ligne en 2019. Google s’octroie 103 des 333 Mds$ du marché, soit 30,9 %, contre les 20 % de parts de marché de Facebook. On voit également dans cette infographie le poids des géants chinois Tencent, Alibaba et Baidu. Source : emarketer.com.

 

C’est toute la complexité du monde d’aujourd’hui : en trois ans, Kylie Jenner crée une marque qui a le temps de se développer exponentiellement, puis stagne. En deux ans de plus, sa demi-sœur, Kim Kardashian, la copie et vend deux fois plus que Kylie. Et, en parallèle, en dix ans, Facebook passe de zéro à numéro deux dans le marché de la publicité en ligne grâce à son superbe coup sur Instagram.

Qui sera le prochain Instagram ?

Clubhouse ? TikTok ? Une autre application ?

Plusieurs concurrents de Facebook tentent de trouver leur futur Instagram

Difficile à dire. Je pense même qu’il est en partie impossible de le dire, car la chance joue fortement là-dedans. Les grands groupes américains ont cependant un énorme avantage : proactifs, ils vont essayer d’acquérir leurs futurs concurrents et, qu’ils marchent ou pas, ils vont continuer leurs acquisitions.

A l’inverse, en Europe, tout le monde est à la recherche du meilleur deal, mais on ne reconnaît souvent un bon deal qu’après coup. Au final, pour avoir de bons deals, il faut surtout faire beaucoup de deals !

Un des compétiteurs pour le statut du prochain réseau social à la mode pourrait être cette petite application mobile créée par des ingénieurs français… Yubo, réseau social uniquement présent sur mobile, qui cible les 13-20 ans avec un angle unique : si vous voulez vous y faire des amis, vous ne pourrez discuter qu’avez des gens de votre groupe d’âge.

Ainsi, les 13-17 ans peuvent dialoguer ensemble, mais ne pourront pas se connecter aux plus de 18 ans, qui peuvent en revanche se connecter entre eux. Une tranche intermédiaire existe, de 17 à 19 ans, avec la possibilité de regarder des vidéos en live, mais pas de se parler par messages privés. Là où toutes les applications concurrentes jouent le jeu du mélange des âges – pour le meilleur comme pour le pire – Yubo cherche ainsi à protéger ses utilisateurs mineurs.

 

interface appli yuboInterface de l’appli Yubo. Source : Yubo.

 

Yubo s’inspire toutefois de certains de ses cousins américains, et notamment de Tinder : pour trouver des amis, il faut se créer un profil, puis swiper les profils d’autres utilisateurs présentés par l’application pour définir qui nous intéresse.

En novembre 2020, Yubo revendiquait 40 millions d’utilisateurs

A l’inverse, l’application ne permet pas de “liker”, contrairement aux autres réseaux sociaux, ce qui limite la possibilité de créer des réseaux d’influenceurs rassemblant derrière eux de larges communautés.

La partie live permet par ailleurs de constater un phénomène social intéressant : une grande mode des jeunes sur Yubo est le live intimiste de quatre à cinq personnes où personne ne parle, et parfois quelqu’un dort. C’est aussi bizarre qu’étrange, mais correspond finalement au fait de pouvoir “traîner” entre copains.

Toujours est-il qu’en novembre 2020, Yubo revendiquait 40 millions d’utilisateurs, soit un doublement par rapport à février 2019, et a levé 40 M€ pour continuer à se développer.

Yubo se fera-t-elle racheter par un Facebook ou un Google ? Ou finira-t-elle au cimetière des réseaux sociaux comme Myspace, Skyrock, MSN et de tant d’autres… impossible de le dire aujourd’hui. Une chose est sûre, l’entreprise a trouvé des investisseurs pour soutenir sa croissance rapide.

Notre tour d’horizon n’est pas terminé ! Nous découvrirons prochainement l’univers impitoyable des Kardashian qui ont fait fortune sur Instagram !

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire