Accueil A la une Tout est prêt pour l’IPO de SoftBank Corp. !

Tout est prêt pour l’IPO de SoftBank Corp. !

par Etienne Henri
Softbank
NDLR : Il est aujourd’hui assez complexe de se retrouver dans les actions du géant financier japonais. En effet, certains brokers appellent SoftBank Corp. les actions du groupe SoftBank, quand ils devraient les nommer SoftBank Group Corp. Reconnaissons que cela reflète également la structure particulièrement enchevêtrée de la holding japonaise. Et pour simplifier les choses, il existe également des ADR (American Depositary Receipt) qui circulent sous le code ISIN : US83404D1090. Les ADR permettent de coter des entreprises étrangères sur les Bourses américaines.

Lundi, SoftBank Group a annoncé avoir reçu le feu vert du Ministère des Finances du Japon pour introduire à la Bourse de Tokyo sa filiale télécom. 

Cette IPO, si elle a lieu selon les modalités prévues, rejoindra les plus grosses introductions de l’Histoire avec un montant levé de 2 400 Mds¥, soit un peu plus de 21 Mds$ – la palme revenant toujours au Chinois Alibaba avec 25 Mds$ levés en 2014.

Avec ce projet, le groupe high-tech japonais va dégager de précieuses liquidités pour financer ses investissements dans les technologies de rupture.

SoftBank Group : une star de la high-tech méconnue en Europe

Si SoftBank Group est relativement connue aux Etats-Unis, sa notoriété est moindre en Europe. 

Si SoftBank Group (JP3436100006 – 9984) est relativement connue aux Etats-Unis pour ses prises de participation dans Yahoo! Japan, le roboticien Boston Dynamics et l’opérateur téléphonique Sprint, sa notoriété est moindre en Europe.

Sa plus grosse opération sur le Vieux Continent a eu lieu lors du rachat d’ARM Holdings, le concepteur de la majorité des processeurs utilisés dans les smartphones et objets connectés, il y a deux ans – opération qui nous avait d’ailleurs gratifiés d’une plus-value de 65 % en cinq mois sur le titre ARM.

Malgré tout, il fait rarement la Une de la presse généraliste dans nos contrées. Il faut dire que le groupe travaille avant tout à gonfler son portefeuille de participations dans des entreprises high-tech. Voitures autonomes, robotisation, e-commerce : le géant a un appétit insatiable de rachats et cherche plus à augmenter son envergure qu’à communiquer auprès des particuliers. Son image auprès du grand public est le dernier de ses soucis.

Pourquoi se séparer de la branche télécom par une IPO ?

La boulimie d’acquisitions de SoftBank Group va, paradoxalement, l’obliger à se séparer de sa division mobile. Son P-DG, Masayoshi Son, a en effet financé sa frénésie d’achats en recourant massivement à des emprunts bancaires.

Cette stratégie, parfaitement en phase avec celle de la BoJ, la banque centrale japonaise, qui arrose l’économie nipponne de milliards de yens depuis des années, arrive toutefois aux limites de l’acceptable.

Même si, taux directeurs au plancher oblige, SoftBank est toujours solvable sur le papier, son endettement a atteint un niveau jugé inacceptable par les analystes occidentaux. Moody’s considère la dette du géant comme un junk bond, une obligation pourrie, et sa note a été abaissée au niveau Ba1. S&P Global Ratings est tout aussi sévère avec une notation BB+ assortie d’une anticipation négative.

Compte tenu de son endettement, il ne reste donc que deux options à Masayoshi Son : calmer ses ardeurs de financement de l’innovation technologique ou se séparer de ses activités historiques pour dégager du cash. C’est la seconde option qu’il a retenue.

Sauf à vouloir devenir l’idiot utile de la BoJ et perdre toute crédibilité auprès des investisseurs occidentaux en continuant dans la fuite en avant de l’endettement, Masayoshi Son doit assainir ses comptes. Il ne lui reste donc que deux options : calmer ses ardeurs de financement de l’innovation technologique ou se séparer de ses activités historiques pour dégager du cash. C’est la seconde option qu’il a retenue.

IPO de SoftBank Corp. : vente à la découpe d’un business à l’ancienne

La cession de la branche télécom de SoftBank est on ne peut plus classique. Elle consiste à coter séparément les activités de fourniture d’accès (3G, téléphonie, Internet) sous l’appellation SoftBank Corp.

La maison-mère détiendra encore les deux tiers des actions de SoftBank Corp., et continuera donc de profiter de la rentabilité de cette activité toujours lucrative.

Pour les investisseurs, l’heure du choix a sonné. Faut-il désormais préférer investir dans SoftBank Corp., qui offre des prestations très classiques mais rentables ? Faut-il, au contraire, renforcer ses positions dans SoftBank Group qui continuera de plus belle ses investissements dans des technologies parfois très balbutiantes, aux côtés d’investisseurs sulfureux comme les fonds saoudiens ?

Le 19 décembre, date à laquelle l’action SoftBank Corp. devrait être cotée à Tokyo, tout sera possible. Chacun établira, en fonction de sa tolérance au risque et ses objectifs d’investissement, sa stratégie d’investissement.

Et si vous n’êtes pas actionnaire de SoftBank Group ?

Si vous n’avez, à ce jour, pas d’actions de SoftBank Group, je vous conseille de ne pas vous précipiter sur l’IPO de sa filiale ni sur le titre lors des premiers jours de cotation.

Certes, la volatilité sera certainement au rendez-vous et certains investisseurs feront de beaux gains et d’autres, de belles pertes… Mais n’oubliez pas qu’en tant qu’investisseur particulier, les IPO sont pour vous un moment particulièrement défavorable de la vie d’une entreprise.

Vous aurez face à vous, en tant qu’acheteur, des vendeurs qui détiennent leurs titres depuis des années et qui savent tout sur l’entreprise, son potentiel, et ses secrets. S’ils pensent faire une bonne affaire en vous vendant leurs titres, êtes-vous certain d’être gagnant ? Au prix par action prévu (1 500 ¥ soit environ 11,70 €), SoftBank Corp. ne sera pas soldée. Inutile donc de vous jeter sur le papier lors de son arrivée à la Bourse de Tokyo : vous aurez tout le temps de reconsidérer le dossier dans quelques mois !

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire