Accueil Energies et transports La transition énergétique, grande gagnante de l’inflation selon KKR

La transition énergétique, grande gagnante de l’inflation selon KKR

par Edern Rio
inflation transition énergétique

Selon KKR, qui a rendu public son point de mi-année, la conjoncture actuelle est particulièrement négative. Nous serions même à l’aube d’un changement macro-économique structurel. En cause, l’inflation qui devrait se maintenir. Malgré tout, certains secteurs vont en profiter, la transition énergétique en tête.

KKR, l’un des plus importants fonds d’investissement au monde, a tenu sa conférence de milieu d’année le 16 juin dernier. Voici ce qu’il faut retenir de la vue macro-économique :

  • la conjoncture est particulièrement négative: logistique mondiale grippée, taux d’intérêts en hausse, risques géopolitiques élevés, ralentissement – voire recul – de la croissance dans un contexte inflationniste ;
  • c’est potentiellement un changement macro-économique structurel, qui appelle une évolution dans la gestion des portefeuilles ;
  • l’inflation, causée par les prix de l’énergie et des produits l’agricoles, devrait rester conséquente jusqu’en 2023 pour les biens physiques. Les services devraient eux aussi connaître une inflation rapide ;
  • cette inflation est différente : elle est causée par une forte demande ET une offre plus faible ;
  • l’inventaire des marchands de biens physiques va encore gonfler, ce qui a un effet déflationniste à terme, mais pas avant 2023 (voir Exhibit 1 – hausse des inventaires de 33 % chez Walmart) ;
  • les obligations n’augmentent pas autant qu’elles le devraient au vu de la chute des actions (Exhibit 3 & 4 pour se rendre compte de la décorrélation).

Les secteurs les plus intéressants dans cette situation :

  • la Défense et, plus largement, la souveraineté: les tensions géopolitiques poussent à une démondialisation et une relocalisation – il faut sécuriser l’énergie, les communications, la santé, mais aussi les données. Défense et cybersécurité seront gagnants ;
  • le pricing power – les entreprises qui peuvent maintenir, voire augmenter, leurs prix seront gagnantes ;
  • les cash flows basés sur le collatéral, notamment l’immobilier et les infrastructures ;
  • l’innovation, mais celle-ci est désormais partout

Le secteur de la transition énergétique bénéficie également d’un large focus, car il est au carrefour de plusieurs des catégories citées ci-dessus :

  • la transition énergétique est une opportunité de 1,5 Md$ à 2 Mds$ par an (Exhibit 14). C’est un super-cycle d’investissement que les investisseurs sous-estiment encore [mais qu’Etienne Henri a bien identifié, lui qui vient encore d’encaisser une plus-value de 195 % dans Zéro Carbone Millionnaire] ;
  • l’energie renouvelable (hydro, éolien, solaire), les réseaux électriques, le stockage (hydrogène et batteries) prendront les deux tiers des investissements ;
  • la décarbonation des transports appelle environ 250 M$ par an, tout comme celle des processus industriels ;
  • besoin en métaux inédit pour cette transition énergétique (voir Exhibit 15).

Pour aller plus loin (en anglais) et voir les graphiques, cliquez ici…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire

FERMER
×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aidez ?