Accueil Energies et transports Une transition énergétique qui rapporte

Une transition énergétique qui rapporte

par Etienne Henri
investir transition énergétique bourse

[La frénésie d’investissement qui a touché le secteur de la transition énergétique en 2020 se confirme à mesure que sont publiés synthèses et bilans. Le moins que l’on puisse dire est que les chiffres, qui quantifient l’appétit des investisseurs, donnent le tournis…]

Le secteur de la transition énergétique est en pleine effervescence. De ce point de vue, 2020 a été un très bon cru. Au niveau boursier, la marée montante a emporté toutes les valeurs “propres” – des producteurs de panneaux solaires aux exploitants, en passant par les startups dont certaines n’ont même pas encore de produit.

Les entreprises peuvent aujourd’hui gagner de l’argent en investissant dans la transition énergétique là où elles ne pouvaient qu’en perdre dans les années 2000

Faire la liste de tous les gagnants de l’année 2020 serait mission impossible, aussi je vous propose de jeter simplement un œil à l’évolution du Wilderhill Clean Energy Index.

la transition énergétique à son baromètre

Créé en 2004, il s’agit d’un des plus anciens indices de la transition énergétique. Il regroupe des entreprises opérant dans la production d’électricité décarbonée, le stockage d’énergie, la conversion d’énergies, mais aussi les biocarburants… Autant dire que ses variations sont un bon baromètre de l’état d’esprit du marché.

L’indice a débuté l’année 2020 à 70 $… Avec la pandémie de COVID-19, il a naturellement corrigé, quoi que de façon très raisonnable, vers les 50 $, avant de rebondir pour terminer au-dessus des 210 $. Entre avril et décembre, le Wilderhill Clean Energy Index s’est ainsi arrogé une hausse de +387 %.

Si l’on regarde son évolution sur les cinq dernières années, les variations de l’indice entre 2016 et début 2020 deviennent purement et simplement négligeables.

 

évolution Wilderhill Clean Energy Index 5 ansEvolution sur 5 ans du Wilderhill Clean Energy Index (ECO).
La hausse exponentielle des valeurs vertes efface la léthargie passée 

 

La correction subie par les valeurs de la transition énergétique en février 2021 a donné des arguments aux bears qui criaient, depuis plusieurs mois déjà, à la bulle. Il est vrai que la hausse généralisée de 2020 était quelque peu excessive dans son ampleur et sa rapidité. D’autant que toutes les entreprises du secteur n’ont pas multiplié par cinq leur activité l’année dernière, ce qui aurait permis de justifier cette hausse par des arguments fondamentaux.

Transition énergétique:: ceci n’est pas une bulle

Certains analystes pointent aussi du doigt des ressemblances frappantes avec les années 2000, durant lesquelles les valeurs “propres” avaient, elles aussi, les faveurs des investisseurs.

La suite, vous la connaissez : crise des subprime, aversion au risque des investisseurs, promesses non tenues, et une traversée du désert de quinze ans pour les anciennes stars de la transition énergétique.

Pourtant, 2021 n’est pas 2008… 

La situation des cleantechs est bien différente aujourd’hui de celle d’il y a quinze ans. A l’époque, la hausse boursière était alimentée par des anticipations de croissance qui se sont avérées prématurées, et la plupart des acteurs ne pouvaient pas faire état d’une réelle activité commerciale.

Depuis, tout a changé. Comme le rappelait Noah Smith (Bloomberg) il y a quelques jours : “La technologie sous-jacente a mûri depuis dix ans. En 2009, l’électricité photovoltaïque coûtait 359 $ par mégawattheure – quatre fois plus cher que

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire