Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies Une visite au cimetière des cryptomonnaies

Une visite au cimetière des cryptomonnaies

par Florian Darras
dead coin

En ce lendemain de Toussaint, je vous propose une petite visite au cimetière des cryptomonnaies. Comme vous allez le voir, il est déjà très peuplé.

Arnaques, parodies, projets farfelus ou abandonnés… nombreux sont les jetons qui peuplent ce crypto-cimetière.

D’après les sites Deadcoins et Coinopsy qui les référencent, quelques milliers de jetons auraient ainsi disparu du marché, faute de succès, de volumes suffisants ou de développeurs impliqués… pour d’autres, c’est la découverte d’escroqueries qui leur porta le coup fatal.

Car oui, dans le monde des cryptodevises, l’enfer n’est pas toujours pavé de bonnes intentions. Les scams (arnaques) sont monnaie courante.

Dead coins

Le bandeau du site Internet Deadcoins.com qui recense les crypto-disparus.

BitConnect, un Ponzi à 2,7 Mds$ de capitalisation

L’escroquerie la plus tristement célèbre dans le domaine est celle de BitConnect. La plateforme mît en place une véritable pyramide de Ponzi, flouant quantité de personnes. Un système de parrainages combiné à la perspective de gains alléchants contribua à rameuter de nouveaux clients.

Le jeton BCC dédié au système gagna en valeur et se hissa au-dessus des 400 $. Sa capitalisation grimpa jusqu’à 2,7 Mds$ ! En janvier dernier, le système sauta finalement sous l’effet conjugué de l’explosion de la bulle du Bitcoin et des investisseurs qui souhaitaient alors repartir avec leur pécule. Le site ferma ses portes laissant tous les investisseurs sur la paille.

graphe BCCUSD

Dans les limbes, d’autres projets apparaissent plus inoffensifs. Il existe des blagues assumées comme le Useless Ethereum Token (UET) qui se voulait être la parodie d’une ICO. Le logo du jeton arborait un doigt d’honneur.

D’autres jetons utilisent le nom d’une personnalité connue, comme l’Obama Coin, le MileyCyrusCoin, etc.

En général, ils sont qualifiés de shitcoins (que je traduirai poliment par « jetons bidons » pour ménager votre sensibilité) et ne sont pas en odeur de sainteté auprès des investisseurs avisés.

 

La mort des uns fait le bonheur des autres

Nombreux sont ceux qui possèdent encore des jetons rendus totalement inutilisables. En principe, ils ne peuvent plus rien en faire car les sites d’échange les ont retirés de leur plateforme ou leurs volumes sont trop infimes.

Restaurer un peu de valeur à ces zombies, c’est le pari de la startup CoinJanitor qui lançait son ICO en mai dernier et émettait le jeton JAN.

Sous certaines conditions, les investisseurs peuvent échanger les jetons « morts » contre des JAN et récupérer ainsi la monnaie de leur pièce…

 

Seules les cryptodevises robustes subsistent

Le Bitcoin est l’exemple type d’une cryptomonnaie résiliente. Constamment mise à l’épreuve depuis sa genèse, son caractère anti-fragile se révèle épreuve après épreuve.

Une véritable sélection naturelle s’opère dans le jeune marché concurrentiel des cryptomonnaies et c’est une bonne chose. Au-delà des projets bidons ou des arnaques qui finissent par être dévoilées, d’autres projets plus sérieux finissent eux aussi dans l’oubli.

La loi du marché ne fait aucun cadeau aux éléments plus fragiles. Une fois lancées dans le grand bain, les nouvelles cryptomonnaies doivent posséder de nombreuses qualités pour espérer subsister.

Maintes fois condamné à mourir, « à flotter sur la rivière comme un cadavre*« , le Bitcoin donne régulièrement tort à ses détracteurs. Le 31 octobre dernier, la première capitalisation du marché fêtait d’ailleurs les 10 ans de l’élaboration de son livre blanc.

Le Bitcoin est l’exemple type d’une cryptomonnaie résiliente. Constamment mise à l’épreuve depuis sa genèse, son caractère anti-fragile se révèle épreuve après épreuve. Son protocole évolue, trop lentement pour certains, mais sûrement. C’est un gage de sécurité pour son protocole ouvert à tous.

Un jour peut-être, le Bitcoin apparaîtra aux yeux du grand public comme une réserve de valeurs évidente, un étalon universel et décentralisé face à l’inflation, aux monnaies fiduciaires imparfaites, contrôlées et adossées à du crédit quasi illimité, ou aux nombreuses dérives des marchés financiers. D’ici-là, d’autres défis attendent le Bitcoin et ses consœurs.

En attendant, évitez d’investir dans une cryptomonnaie qui a des risques de finir au cimetière. Choisissez celles dont les protocoles sont prometteurs, qui ont des chances de résister à l’épreuves du temps, aux règlementations étatiques, au marché et qui ont des cas d’utilisation concrets.

*Affirmation d’un sous-gouverneurs de la banque centrale chinoise, en mars 2018.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire