Accueil A la une Voice, le Facebook décentralisé d’EOS

Voice, le Facebook décentralisé d’EOS

par Florian Darras

Les plateformes de réseaux sociaux actuelles sont, en vérité, conçues pour se servir de leurs utilisateurs“, dénonçait Brendan Blumer, PDG de Block One, à l’occasion de “B1 June” événement qui se tenait à Washington DC, le 1er juin dernier.

Brendan Blumer présentant Voice. Source : Video Block One.

La noble ambition affichée par Block One est de chambouler les business models centralisés qui existent en y apportant de la décentralisation et de la transparence.

B1 June était très attendue dans la communauté crypto, la conférence fut l’occasion pour la société de présenter un nouveau projet d’ampleur : un réseau social décentralisé du nom de Voice s’appuyant sur le protocole de la cryptomonnaie EOS (6e capitalisation du marché).

Les réseaux sociaux exploitent nos données pour leur profit

Il suffit de regarder leur [les réseaux sociaux] business model. Notre contenu, nos données, notre attention… Toutes ces choses sont incroyablement précieuses. Mais pour l’instant, c’est la plateforme, et non l’utilisateur, qui en récolte les fruits.

 Dans leur conception, ils vendent aux enchères nos informations à des annonceurs, engrangeant leurs bénéfices et inondent nos flux d’informations avec des intentions camouflées et dictées par le plus offrant. Voice change ça“, poursuit Brendan Blumer.

Ces critiques ne sont pas nouvelles et si l’image de géants comme Facebook ou Google est régulièrement ternie par des scandales d’utilisation de données illicites, de ciblage publicitaire ou de probables manipulations d’opinions, les colosses tiennent toujours bon, fautes d’alternatives suscitant suffisamment l’engouement du grand public.

Voice inversera-t-il cette tendance décriée ?

Un réseau social transparent qui redonne le pouvoir aux utilisateurs

Voice pourrait sonner la fin de l’exploitation de données des utilisateurs, des comptes factices ou encore des démonétisations arbitraires de contenus par une unité centralisée (pratique fréquente notamment chez YouTube) ? Ce réseau permettra-t-il aux utilisateurs de se réapproprier véritablement leurs informations, d’en tirer profit pour eux-mêmes et non pour un œil de Moscou intéressé ?

Pour l’instant, ce n’est que de la spéculation. Les informations sur le projet sont encore en partie confidentielles. La version beta pourra bientôt être testée par le public.

Ce que l’on sait, c’est que Voice sera une application décentralisée, une dApp, parmi d’autres (Everipedia, etc.) sur le grand réseau évolutif qu’est EOS.IO.

Les personnes pourront y poster et promouvoir des contenus écrits, des photos ou des vidéos. A première vue, ce serait une sorte de mix entre Facebook, Reddit et Twitter, avec une application très épurée pour séduire au mieux les utilisateurs.

La transparence sera assurée par la blockchain de la cryptomonnaie EOS. Chaque action sur la plateforme sera ainsi enregistrée sur ce registre sécurisé et distribué.

Voice aura la particularité d’avoir son propre jeton, le Voice token qui permettra aux utilisateurs de faire “entendre leur voix”. C’est-à-dire qu’ils pourront promouvoir et faire remonter leur contenu en haut du fil d’actualité, en allouant des jetons.

Lorsqu’un autre individu procède de la sorte et que votre contenu quitte la tête du fil d’actualité, vous récupérez vos jetons. Plus un post est populaire (système de likes) plus son auteur est récompensé.

Le KYC, un mal nécessaire

 Afin de garantir qu’il y a, derrière chaque compte utilisateur, une véritable personne (et non des comptes faussaire ou des bots), Voice mettra en place – au grand dam de nombreux “cryptophiles” – un système de vérification d’identité semblable au Know Your Customer (KYC), mais visiblement plus élaboré.

Les utilisateurs qui cherchent à préserver et à faire respecter leur vie privée, seront-ils prêts à jouer le jeu de ce KYC ? Comment l’intimité des utilisateurs sera-t-elle maintenue sur un réseau qui se veut totalement transparent et open source ?

La concurrence sera rude…

Pour défier la concurrence, Block One aura quoi qu’il en soit intérêt à mettre le paquet. La société disposerait d’une assise financière solide, évaluée par Bloomberg à 3 Mds$ fin février dernier.

Mais les rivaux sont légions : Facebook (et son Instagram, WhatsApp et Messenger), Kik, Line, Telegram, Twitter… Et in fine, c’est l’utilisateur qui tranchera.

Les récompenses à l’utilisation, rendues possible par le jeton Voice, seront-t-elles une incitation suffisante pour susciter l’engouement du grand public ?

Steemit, réseau social développé par Dan Larimer, directeur technique de Block One et génie derrière EOS, est un premier coup d’essai dans le domaine. Et même si l’application a dû restructurer son organisation et se séparer de près de 70 % de ses effectifs (en raison notamment du marché baissier sur les cryptomonnaies) ; il est possible de croire que les équipes de développement de Voice auront tiré des conclusions de cette précédente expérience en demi-teinte (1 million d’utilisateurs sur Steemit).

Voice pourra ainsi devenir LA dApp de rupture qui poussera le protocole EOS vers des sommets…

En tout état de cause, il faudra patienter jusqu’à ce que la première ébauche du réseau voit officiellement le jour, pour découvrir comment Voice alliera respect de la vie privée, transparence et sécurité.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire