Accueil A la une Voiture électrique : où sont les clients ?

Voiture électrique : où sont les clients ?

par Etienne Henri
marché voiture électrique

Alors que la moitié de l’année s’est écoulée, la situation devient critique pour l’industrie automobile. La voiture électrique, censée être le relai de croissance du secteur pour les dix prochaines années, ne semble toujours pas convaincre les foules. Ces véhicules, qui ont un fort succès d’estime dans la presse généraliste, sont mis en avant par les constructeurs, et profitent de toutes les largesses administratives, manquent d’une seule chose : des clients.

Klaus Fröhlich, qui siège au conseil d’administration de BMW, a jeté un pavé dans la mare il y a quelques jours en annonçant que ces modèles sont “overhyped”, un terme extrêmement péjoratif qui dénigre, en anglais, l’attention exagérée dont ils bénéficient. Il a ensuite enfoncé le clou en indiquant qu’ils ne font l’objet d’“aucune demande” de la part des consommateurs, et que le seul intérêt vient des régulateurs européens. [NDLR : soit dit en passant, le gouffre des désillusions est une étape classique du cycle de l’innovation. C’est en général un excellent moment pour investir.]

Ce franc-parler germanique détone face aux déclarations de bonnes intentions de l’Europe concernant la migration vers le tout-électrique. Rigueur oblige, la sortie politiquement incorrecte de l’administrateur de BMW n’est pas de la provocation mais un constat basé sur une réalité industrielle.

Klaus Frölich de BMW

Klaus Frölich, administrateur de BMW. Source : BMW.

Des données économiques implacables

BMW faisait partie des pionniers de la voiture électrique de nouvelle génération lors du lancement de sa i3 en 2013. Ce modèle a d’ailleurs été le plus vendu de sa catégorie entre 2013 et 2018. Pourtant, le groupe ne le renouvellera pas en 2022.

La raison, selon Klaus Frölich, est simple : les marges sont trop faibles sur ce type de véhicules, et les clients ne semblent les acheter que dans les pays où les subventions sont les plus élevées.

L’Europe s’est fixé des objectifs de démocratisation des véhicules électriques en prenant comme base de calcul ce qui s’est passé en Californie et en Chine… C’était oublier que les incitations fiscales sont très disparates en Europe et globalement moins élevées que dans ces pays modèles, où les constructeurs restent d’ailleurs à la merci des politiques de subvention.

Résultat : même pour ce groupe leader en la matière, les véhicules électrifiés (tous modèles confondus) ne parviennent toujours pas à dépasser les 4,8 % des ventes.

Le problème n’est d’ailleurs pas spécifique à BMW : toutes les marques européennes constatent la même indifférence envers leurs véhicules 100 % électriques. Selon le cabinet EV-Volumes, il s’est vendu moins de 120 000 de ces voitures sur les cinq premiers mois de l’année, ce qui ne représente que 1,7 % des ventes de voitures neuves. N’oublions pas non plus que ce chiffre inclut les 26 000 ventes de Tesla Model 3, qui étaient très attendues en Europe et dont la commercialisation n’a commencé qu’en février. L’engouement des premières semaines n’aura été qu’un feu de paille : dès le mois de mai, seules 2 850 Tesla 3 s’étaient écoulées en Europe contre plus de 4 000 Renault Zoe !

La simple électrification des voitures ne semble pas être une raison suffisante pour pousser les consommateurs européens au renouvellement. Il reste aux industriels un ultime joker : la voiture intelligente.

Vision M Next de BMW

Le concept Vision M Next de BMW qui pourrait à terme remplacer l’i8. Crédit : BMW.

 

La voiture intelligente, prochain relai de croissance ?

Ici encore, BMW joue la prudence. Pas question de promettre des nuées de véhicules autonomes à courte échéance. Le constructeur annonce, au mieux, un véhicule dont l’électronique apportera “une assistance large mais néanmoins soigneusement ciblée”. Un doux euphémisme pour rappeler que, même sur cette voiture futuriste, le pilote restera seul maître à bord.

Après avoir saturé le marché de la voiture électrique avec des modèles toujours plus nombreux (et de moins en moins différenciés), les constructeurs historiques semblent encore réticents à franchir le pas du véhicule autonome. Ils n’annoncent, cet été encore, que des petites touches d’intelligence supplémentaire dans leurs futures gammes.

Il faut dire que le risque, pour une marque centenaire, est trop grand. Aucun P-DG ne veut être celui qui ternira l’image de son groupe à cause du premier décès causé par une voiture autonome.

Si aucun géant de l’automobile ne peut prendre ce risque, qui peut se le permettre ? Les startups qui n’ont pas le poids du passé sur leurs épaules et l’avenir à construire. Parmi elles, Tesla est en train de jouer son va-tout comme nous le verrons demain.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

2 commentaires

Lionel Clerc 20 juillet 2019 - 12 h 42 min

Dans le cas de la France, le prix d’accès à un véhicule électrique est très élevé (+ 25000€, subventions incluses, Zoé exceptée), d’autant que le marché de l’occasion, pour les particuliers, est quasi inexistant.
Le marché des flottes de voitures de fonction sera, à mon sens, un vrai débouché pour ces tout-electriques, pour autant que le parc de recharges rapides (à la Tesla) soit significatif.
De plus, ces véhicules sont concurrences par les hybrides, voire hybrides rechargeables, dont les consommations de carburants “thermiques” sont basses et peu polluantes en utilisation urbaine.
Last but not the least, on fait actuellement de sérieuses recherches (chez Toyota, par exemple) sur les moteurs à hydrogène, dont le bilan carbone semble plus équilibré que celui des moteurs électriques….

Reply
Gros 3 août 2019 - 13 h 06 min

Pourquoi les constructeur français ne font-ils pas d’hybride rechargeable en attendant que les conditions d’équipement en électrique soient résolues ( bornes suffisantes,…entre autres ) et ne font pas plus de recherche sur le moteur à hydrogène …..visiblement les asiatiques Toyota en tête ont une large longueur d’avance . Qui peut donner une explication ?

Reply

Laissez un commentaire