Accueil A la une Vos données vitales, nouvel or noir des assureurs

Vos données vitales, nouvel or noir des assureurs

par Edern Rio
Données personnelles assurance

Je vous disais lundi qu’Apple misait gros sur le secteur de la santé connectée. Et voilà que nous apprenions le 19 septembre qu’une des plus anciennes sociétés d’assurance-vie américaines, John Hancock, 156 ans au compteur, allait renforcer ses réductions de tarifs si vous lui transmettiez vos données en direct par le biais de son application, disponible notamment sur l’Apple Watch.

A vrai dire, elle a carrément annoncé qu’elle ne vendrait plus que des assurances par le biais de ses applications interactives. Et l’assureur annonçait que lorsque toutes ses offres auront basculé vers ce système, l’assuré n’aura plus le choix, il devra passer par l’application…

Ajoutant cependant que le transfert automatique des données ne serait pas obligatoire, mais que les assurés passeraient dès lors à côté des bonus…

John Hancock Vitality appL’application John Hancock Vitality disponible sur l’App Store.

De l’analyse statistique globale à la personnalisation

C’est un changement de paradigme majeur pour ce secteur qui fonctionne traditionnellement sur un équilibre statistique global. Renommé “assurance vitalité”, ce principe de surveillance permanente de vos données vitales semble devoir se généraliser.

Bien qu’incapable de quantifier l’utilité de ce programme vitalité au niveau de son chiffre d’affaires, l’assureur estime que ses clients en bénéficient déjà puisque ceux qui y ont souscrit vivent en moyenne treize à vingt-et-un ans de plus…

Aujourd’hui, le système de John Hancock fonctionne sous la forme de bonus. Les personnes menant une vie saine – notion floue mais évidemment mesurée par l’application – reçoivent des coupons de réduction auprès des partenaires de l’assureur.

Bien qu’incapable de quantifier l’utilité de ce programme vitalité au niveau de son chiffre d’affaires, l’assureur estime que ses clients en bénéficient déjà puisque ceux qui y ont souscrit vivent en moyenne treize à vingt-et-un ans de plus…

Il ne précise pas si ce constat est une cause ou un effet de son application.

Est-ce compatible avec le RGPD ? J’aurais tendance à penser que oui, car le service d’assurance est directement lié aux statistiques de votre santé…

Est-ce piratable ? Il est probable que rien ne soit plus simple. Il suffirait d’acheter une montre connectée à un tiers qui la porterait et transmettrait les infos à l’assurance pendant que vous menez votre vie comme bon vous semble.

Changement de paradigme pour les assureurs

La société de surveillance se renforce et se développe, chaque aspect de nos vies sera bientôt gentiment mesuré et noté. Mais pas à notre insu, puisque c’est nous qui acceptons de fournir nos données à des tiers.

C’est justement ce qu’indiquait Deloitte dans son rapport des tendances 2018 du secteur des insurtechs (oui, on peut inventer tous les mots qu’on veut en ajoutant tech à la fin !) :

“Pour proposer des produits connectés adaptés aux besoins de leurs clients, les assureurs doivent collecter des informations personnelles à leur sujet. Les échanges de données entre assureurs et assurés ont ainsi très largement augmenté.

 

Pourtant, si la majorité des Français perçoit le potentiel de l’assurance connectée, beaucoup d’entre eux sont encore réticents à partager leurs données personnelles. Obtenir la confiance de leurs clients est un enjeu de taille pour les assureurs, qui s’inscrit parmi leurs principales priorités.”

 

grapheManulife Financial Corp John Hancock

L’action de la maison-mère de John Hancock, Manulife Financial Corp. (CA56501R1064-MFC), a très bien réagi à l’annonce de sa filiale s’appréciant immédiatement de près de 5%.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire